GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 13 Novembre
Jeudi 14 Novembre
Vendredi 15 Novembre
Samedi 16 Novembre
Aujourd'hui
Lundi 18 Novembre
Mardi 19 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Bolivie: 4 nouveaux morts dans des manifestations (Commission intéraméricaine des droits de l'Homme)
    France

    La campagne gouvernementale française #Ouijevote bloquée par Twitter

    media La campagne #Ouijevote pour inciter à s'inscrire sur les listes électorales en vue du scrutin européen du 26 mai. interieur.gouv.fr

    Twitter a refusé de diffuser la campagne en ligne du gouvernement français sur sa plateforme web qui appelait à voter aux élections européennes. Le réseau social justifie sa décision en argumentant que le site de microblogging ne voulait pas prendre le risque d’enfreindre la nouvelle loi française contre les fausses nouvelles, promulguée en décembre dernier.

    Cette passe d’armes numérique entre le gouvernement français et Twitter a pour origine la loi relative à la manipulation de l’information qui a été adoptée par le Parlement à l’automne. Elle impose aux principales plateformes numériques, c’est-à-dire à Google, Facebook et Twitter de délivrer aux internautes qui les consulteraient, des informations claires et précises sur les publicités sponsorisées à caractères politiques que les Gafa diffusent.

    Cette mesure décidée par l’exécutif est destinée à lutter contre les manipulations et les ingérences sur la Toile et les réseaux sociaux, en période électorale. Âprement combattue par Twitter France à l’époque estimant lors de son audition « qu’en tant qu'entreprise, le site n’a pas à être l'arbitre de la vérité », la loi avait finalement été adoptée. Elle contraint tous les hébergeurs de publicité de rendre public le montant des sommes reçues pour diffuser ces communications électorales, elle oblige de mettre à disposition des électeurs et internautes, un registre en ligne avec les informations précises de l’identité des acheteurs de ces messages aux contenus politiques. L’ensemble du dispositif législatif permet ainsi d’éviter les tentatives d’influence nationale ou émanant de l’étranger sur les scrutins, à travers des publicités ciblées.

    Ce commerce en ligne de la publicité pour le réseau social américain se résume principalement par la vente de mots clefs et de tweets sponsorisés, contre rémunération évidemment. Et pas question pour des raisons de stratégie commerciale que Twitter divulgue à ses concurrents la moindre information concernant ses clients. C’est l’une des raisons pour laquelle Twitter France aurait refusé de diffuser la campagne #Ouijevote imaginée par le service d'information du gouvernement français qui était destinée à inciter les internautes à s'inscrire sur les listes électorales des Européennes. L’autre raison serait que le réseau social n’aurait pas les moyens techniques de contrôler tous les messages et particulièrement ceux provenant de l’étranger qui seront alors associés au mot clef #Ouijevote. La plateforme Web ne veut donc pas prendre le risque d’enfreindre la nouvelle loi française contre les fausses nouvelles en acceptant cette campagne publicitaire.

    Des arguments qui ont fait grincer des dents l'exécutif. « Twitter a décidé d'avoir une politique complètement jusqu'au-boutiste qui est de couper toute campagne dite de nature politique », fulmine le service d’information du gouvernement. 

    Ce débat en ligne sur le réseau social est, par ailleurs, vite devenu houleux. « Bravo à Twitter de refuser cette propagande d’État payée par nos impôts », lance, par exemple, un twittos. « Ça fait un peu arroseur arrosé », ironise un autre. « Ce n'est pas que la loi se retourne contre nous, c'est un hébergeur qui ne s'y conforme pas. C'est, selon nous, un baroud d'honneur de leur part », lui répond le ministre. Twitter n’a, pour l’instant, pas commenté sur son blog officiel sa décision, mais le sujet sera abordé ce jeudi 4 avril avec les GAFA lors du G7 des ministres de l’Intérieur, a fait savoir Matignon.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.