GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 17 Septembre
Mercredi 18 Septembre
Jeudi 19 Septembre
Vendredi 20 Septembre
Aujourd'hui
Dimanche 22 Septembre
Lundi 23 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    Réforme des retraites: cacophonie sur la question de l'âge du départ

    media Manifestation de retraités français, le 30 mars 2017, à Paris. REUTERS/Charles Platiau

    Les déclarations de la ministre des Solidarités et de la santé, Agnès Buzyn, et du ministre des Finances, Gérald Darmanin, en faveur d’un report de l’âge légal de départ à la retraite, ont mis le feu aux poudres. Alors qu'il ne reste plus que deux séances de concertation avant de présenter le projet de la réforme des retraites, Jean-Paul Delevoye, haut-commissaire en charge du dossier a prévenu que si l'on touchait à l’âge des 62 ans, il préférerait « partir que faire ça... ». Même son de cloche du côté des syndicats qui menacent de quitter la concertation si le gouvernement ne tient pas une position claire.

    Ne pas toucher à l’âge légal du départ à la retraite, fixé à 62 ans, c'était une promesse de campagne du président Emmanuel Macron. Mais les voix discordantes au sein de l'exécutif sur ce sujet ont fait voler en éclats la confiance que les partenaires sociaux accordaient au gouvernement.  Philippe Pihet qui suit le dossier des retraites pour le syndicat Force ouvrière (FO) menace de claquer la porte : « Il ne peut plus avoir de discussions sincères et transparentes. On a donc écrit à monsieur le Premier ministre en lui disant, écoutez maintenant, donnez-nous le document sur lequel vous vous appuyez pour vos déclarations sur le report de l’âge et compagnie. Si vous ne nous donnez pas le document, on n’ira plus à la concertation qui ne sert plus à rien. »

    De son côté, le syndicat CGT pointe un manque de clarté et dénonce une cacophonie. Régis Mezzasalma, conseiller confédéral CGT, demande au Premier ministre une réunion immédiate : « Nous, ce qu’on veut, c’est réunir tous les partenaires sociaux et que monsieur Delevoye arrête de nous parler uniquement de principes, mais nous donne des éléments chiffrés afin de pouvoir comparer, au niveau du public, ce que serait le niveau de pension aujourd’hui et par rapport à ce qui serait projeté. »

    Un fait suffisamment rare pour être souligné, le patronat est sur la même ligne que les syndicats et prévient l'exécutif qu'on ne revient pas sur un engagement de campagne.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.