GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 17 Octobre
Vendredi 18 Octobre
Samedi 19 Octobre
Dimanche 20 Octobre
Aujourd'hui
Mardi 22 Octobre
Mercredi 23 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    France

    Discriminations au sein de l'armée française: le rapport parlementaire qui fâche

    media Des militaires français font des pompes en Guyane. Armée de Terre

    Sexisme, racisme, homophobie… Chaque année, un nombre important de discriminations est encore signalé au sein des armées françaises. Des parlementaires réclament un meilleur suivi de ces sujets afin de mieux les combattre.

    À la Commission de la défense nationale et des forces armées de l’Assemblée nationale, le ton est monté comme rarement, le 27 mars dernier. Alors que les discussions y sont habituellement calmes, si ce n’est consensuelles, elles ont alors pris une tournure particulièrement tendue, comme le montrent les images disponibles sur le site de l'Assemblée nationale.

    « J’hésite à m’exprimer, car certains propos m’ont profondément révoltée », a expliqué Aude Bono-Vandorme (LaREM). « C’est la première fois au cours de mes huit années à l’Assemblée nationale que je me sens mal à l’aise. Je refuse de m’exprimer sur le sujet », a renchéri Laurent Furst (LR).

    ► À lire aussi : Défense: la féminisation des armées bouscule les coutumes des marines

    La cause de cette tension : un rapport d’information sur « les dispositifs de lutte contre les discriminations au sein des forces armées ». Les auteurs, Bastien Lachaud (FI) et Christophe Lejeune (LaREM) y décrivent les difficultés de l’institution militaire à faire face et réclament des mesures qui suscitent la polémique : féminisation des grades, strict respect de la laïcité en interdisant à la hiérarchie d’utiliser les mails professionnels pour inviter les troupes à des messes traditionnelles ou encore la mise en place de rations de combat végétariennes, pour ne donner que quelques exemples.

    Des discriminations habituelles…

    La problématique majeure évoquée dans ce rapport reste celle des discriminations visant les femmes. Entre 2014 et 2017, elles subissent la grande majorité des cas graves signalés de harcèlements moraux, sexuels, ainsi que de violences sexuelles. Malgré les efforts engagés en 2014 par le ministère de la Défense, le suivi reste partiel.

    Les discriminations racistes ou religieuses restent également présentes. Marc M., sous-officier dans l’armée de terre, a été témoin de propos de ce type au sein de l’encadrement d’une formation militaire. « Lorsque nous faisions le point sur les recrues, raconte-t-il à RFI, certains collègues revenaient régulièrement sur un cas qui leur paraissait problématique : un jeune qui faisait ses prières et son ramadan. Ils réclamaient qu’on trouve un motif pour le virer. Mais dans le fond, il n’y avait rien de concret à lui reprocher, à part de pratiquer sa religion. »

    Des violences et des injustices qui n’épargnent personne. Guillaume D., un sous-officier qui a quitté le service actif, raconte à RFI son passage dans un régiment où certaines minorités étaient très représentées : « Ce que j’ai trouvé dans mon unité, ce sont des groupes qui se comportent comme des bandes dans la cité. Des Antillais, des Africains ou des Maghrébins qui restaient entre eux et imposaient leurs règles aux autres. Les Blancs étaient harcelés, moqués, parfois jusqu’à en pousser certains à déserter. »

    … Mais aussi nouvelles

    Les deux auteurs du rapport parlementaire abordent des sujets de discriminations plus originaux, fruits d’une époque dont les normes évoluent. Sur les militaires atteints du Sida par exemple. Citant l’association militante AIDES, ils estiment que la cotation médicale du ministère des Armées sur ce sujet est « surprenante et anachronique quant aux réalités scientifiques et biologiques du VIH ». Alors que de nombreux patients vivent aujourd’hui normalement avec un traitement léger (de l'ordre d'un cachet par jour), l’institution militaire continue de mettre radicalement de côté les soldats touchés par cette maladie.

    Dans un tout autre registre, les députés posent la question des végétariens. Aucune solution alimentaire n’a été étudiée pour cette population, notamment en matière de rations de combat. Phénomène marginal ? Les auteurs témoignent de leur expérience lors d’une visite auprès d’un bataillon composé d’officiers spécialistes de l'armée de terre, à Saint-Cyr : selon eux, un élève sur dix a laissé de côté son repas pour cette raison.

    Étudier le phénomène pour mieux le combattre

    Figurant parmi les spécialistes auditionnés par les députés, le colonel à la retraite Jacques Bessy préside l’Association de défense des droits des militaires (Adefdromil), remarque auprès de RFI que de nombreux dossiers sur les questions sociales font l’objet d’une opacité récurrente : « Le bilan social des armées et de la gendarmerie ne fait pas apparaître le nombre de militaires en congé maladie de longue durée par armée, par service, par sexe ou par catégorie de grade. 90 % d’entre eux le sont pour des raisons psychiques. Il peut s’agir de traumatismes en opération, mais aussi de dépressions nerveuses. Si l’on savait qui est concerné, si les femmes par exemple sont surreprésentées, nous pourrions mieux affronter le problème. » Les députés font le même constat et réclament des travaux spécifiques, notamment par des chercheurs indépendants, afin d’obtenir un suivi plus détaillé.

    Une meilleure connaissance de ces phénomènes permettrait de mieux les combattre. « Il n’y a pas de personnel qui arrive en étant raciste ou homophobe, estime le colonel Bessy. Ce n’est pas idéologique. C’est le fait du groupe. » Pour lui, mieux former l’encadrement militaire permettrait de réduire les risques et de faire face aux situations. Lorsqu’un soldat se retrouve marginalisé et veut quitter l’institution – faute d’y trouver sa place –, il faudrait ainsi accompagner son départ, plutôt que de chercher à le garder coûte que coûte. « Ces personnes ont des droits individuels, estime-t-il. Il faut les respecter. »

    Chronologie et chiffres clés
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.