GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 15 Août
Vendredi 16 Août
Samedi 17 Août
Dimanche 18 Août
Aujourd'hui
Mardi 20 Août
Mercredi 21 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Enceintes connectées: les grandes oreilles d’internet

    media «Alexa», l'assistant connecté d'Amazon, présenté le 20 septembre 2018 à Seattle (États-Unis). GRANT HINDSLEY / AFP

    Les enceintes connectées ont des oreilles… indiscrètes, affirme une agence de presse américaine en révélant qu’une armée d’employés occasionnels chez Amazon écouteraient en permanence les conversations des utilisateurs de son assistant vocal « Alexa ».

    C’est l’agence de presse américaine Bloomberg qui a mené l’enquête affirmant que des milliers d’intérimaires du clic sont chargés d’écouter une partie des conversations des utilisateurs d’« Alexa », le dispositif assistance vocale commercialisé par Amazon. Ce logiciel équipe des enceintes connectées dotées de microphones pour analyser nos questions. Le système transcrit nos vocables en direct dans les centres serveurs de la firme. De puissants ordinateurs décryptent alors nos requêtes avant de renvoyer une réponse pertinente. Un processus automatique, piloté par un programme d’intelligence artificielle, vantent les publicités du site d’Amazon. « Alexa vit dans les nuages » informatiques, permettant ainsi à l’enceinte de « devenir chaque jour un peu plus intelligente. »

    « C’est fallacieux… »

    Ces machines ne seraient pas aussi perspicaces qu’annoncées. Elles sont épaulées par des milliers de petites mains du web qui écoutent toutes nos conversations... Des tâcherons de la Toile qu’Amazon a recrutés à bas prix aux États-Unis, au Costa Rica mais aussi en Inde ou en Roumanie. Sous couvert « d’améliorer l'expérience client », ce genre de pratiques intrusives ne respecte pas les données privées des usagers, analyse Joseph Dureau, dirigeant de Snips, une société spécialisée dans les technologies d'intelligence artificielle appliquée aux assistants vocaux qui n’espionnent pas les utilisateurs. « C’est très dur de s’imaginer que cela va arriver à des personnes qui sont en dehors de l’organisation d’Alexa. Les instructions qui sont données pour avoir le consentement des utilisateurs, c’est : "Est-ce que vous nous permettez d’utiliser vos données pour l’amélioration des services ? Si vous ne nous les donnez pas, alors les nouveaux services pourraient ne pas bien marcher pour vous". C’est quelque chose qui est fallacieux, la technologie vocale ne nécessite pas de données d’utilisateurs pour arriver à de très bonnes performances. De même, au lieu de leur demander de transcrire, on leur demande de parler ou de formuler des requêtes, ces données-là, à faible coût et en quantité peuvent permettre d’arriver à cet état-là en termes de performances et reconnaissance vocale ».

    Main-d'oeuvre humaine à moindre coût

    La firme Amazon n’est pas la seule à exploiter nos données en employant des travailleurs du clic sous-payés afin d’améliorer ses algorithmes. Un même « son de cloche » cybernétique, en quelque sorte, qui retentit également du côté d’Apple, de Google ou de Microsoft. Des multinationales qui, bien qu’elles s’en défendent, abusent d’une main-d’œuvre humaine à moindre coût pour faire progresser les performances de leurs enceintes connectées. Un modèle économique bien installé sur la Toile qui est basé sur le commerce de nos données personnelles. Nous alertant que non seulement quand un service en ligne est gratuit, c’est nous le produit ! Et quand c’est payant, alors ? C’est nous aussi ! Comme nous le démontrent aujourd’hui les géants du web.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.