GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 16 Mai
Vendredi 17 Mai
Samedi 18 Mai
Dimanche 19 Mai
Aujourd'hui
Mardi 21 Mai
Mercredi 22 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    France: la grève se poursuit dans les services d'urgence des hôpitaux de Paris

    media Dans plus de dix hôpitaux parisiens, la grève «—sparadrap—» des urgentistes s'étend (ici à la Pitié Salpétrière, le 15 avril). KENZO TRIBOUILLARD / AFP

    À Paris, le mouvement de grève s'étend dans les services d'urgence. Démarré il y a un mois à l'hôpital Saint-Antoine, à la suite d'une agression, il touche aujourd'hui une dizaine d'hôpitaux parisiens. Les personnels urgentistes estiment que les propositions de l'Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP) sont insuffisantes. Et leur grève pourrait gagner le reste du territoire français.

    Dans plus de dix hôpitaux parisiens, la grève « sparadrap » s'étend. Les personnels des urgences continuent d'accueillir les patients tout en arborant des pansements sur la peau, des banderoles, et en faisant signer des pétitions aux familles.

    La direction de l'Assistance publique Hôpitaux de Paris leur a proposé 61 postes. Christophe Prudhomme, représentant CGT des urgentistes, estime que c’est très loin du compte.

    « Il manque 700 postes dans les services d'urgence de l'Assistance publique aujourd'hui à Paris, insiste le représentant syndical. Donc, pour nous, la question ce n'est pas de mégoter sur ce chiffre, mais de savoir à quel rythme on rattrape ce retard pour qu'on puisse travailler dans de bonnes conditions et qu'il n'y ait plus de mort sur les brancards dans des conditions inadmissibles dans les services d'urgence comme cela s'est produit à Lariboisière. »

    Le mécontentement va bien au-delà des services d'urgence, il vise aussi le plan de suppression de 5 000 emplois dans les hôpitaux d'ici 5 ans ou la fermeture de 2/3 des lits de gériatrie. Christophe Prudhomme attend que la santé soit un thème abordé par le président de la République jeudi prochain.

    « Monsieur Macron n'a pas encore donné des réponses aux questions qui ont été posées pendant le "grand débat", pointe l’urgentiste. Il faudra que sur les questions de santé, il apporte des réponses. Ce qui est clair c'est qu'on va jouer l'extension du mouvement à l'ensemble du territoire national. »

    À Paris, le nouveau rendez-vous avec les urgentistes grévistes est, quant à lui, prévu mardi.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.