GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 15 Août
Vendredi 16 Août
Samedi 17 Août
Dimanche 18 Août
Aujourd'hui
Mardi 20 Août
Mercredi 21 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    Étudiants étrangers en France: la hausse des droits d'inscription au JO

    media Les ministres en charge de la réforme des droits d'accès à l'université, Jean-Michel Blanquer (G) et Frédérique Vidal (D), le 30 janvier 2019 à Paris. LUDOVIC MARIN / AFP

    La hausse controversée des frais d'inscription à l'université pour les étudiants étrangers a été publiée au Journal officiel. Dès la rentrée prochaine, les étudiants extra-européens devront s'acquitter de frais dix fois plus lourds que leurs homologues européens. Cependant, des exonérations sont prévues.

    C'est désormais officiel. Les non-Européens devront mettre la main à la poche pour venir étudier dans l'Hexagone : 2 770 euros pour une licence, 3 770 euros pour un master. Cette hausse des frais d’inscription universitaires pour les étudiants non-européens entrera en vigueur à la rentrée prochaine, selon deux textes publiés dimanche 21 avril au Journal officiel.

    Une mesure censée renforcer l'attractivité de la France, selon le gouvernement. Une sélection par l'argent, s'indignent les détracteurs de la réforme qui avaient manifesté leur opposition à la réforme fin 2018 sous le mot d'ordre : « #MêmesEtudesMêmesDroits ».

    Quelques exonérations possibles

    Toutefois, un décret publié ce dimanche liste une série de cas selon lesquels ces étudiants pourraient être exonérés de cette augmentation des frais d'inscription, notamment en raison de leur « situation personnelle » ou s'ils répondent « aux orientations stratégiques de l'établissement ».

    Autre cas d'éxonération : ceux qui ont déjà commencé leurs études en France ne seront pas concernés. Par ailleurs, la mesure ne s'appliquera pas aux doctorants étrangers, a assuré fin février la ministre de l'Enseignement supérieur Frédérique Vidal. La ministre a, en revanche, refusé d'augmenter de 10% à 15% le nombre d'étudiants que les universités peuvent décider d'exonérer de frais, comme le permet un décret de 2013.

    Un risque pour l'attractivité des universités françaises

    Enfin, certains établissements ont fait savoir qu'ils boycotteront la réforme. À Marseille, Aix-en-Provence, Clermont-Ferrand, Rennes, Lyon ou encore Toulouse. Dans ces universités, les frais d'inscription resteront les mêmes pour tout le monde : soit 170 euros pour les licences et de 243 euros pour les masters. Ces universités utiliseront la possibilité d'exonérer de frais une partie de leurs effectifs.

    Pourtant, mi-mars, un rapport parlementaire (mené par la commission des affaires étrangères) pointait que la hausse des frais d'inscription à l'université faisait courir « un risque réel de décrochage sur le court terme » pour l'attractivité de l'enseignement supérieur français.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.