GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 17 Août
Dimanche 18 Août
Lundi 19 Août
Mardi 20 Août
Aujourd'hui
Jeudi 22 Août
Vendredi 23 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    France: la justice «incompétente» sur le rapatriement des femmes jihadistes

    media L'entrée du Conseil d'État à Paris, le 18 octobre 2018 (photo d'illustration). BERTRAND GUAY / AFP

    Le Conseil d'État a rejeté mardi 23 avril les requêtes de rapatriement de femmes françaises liées à l'organisation État islamique qui sont détenues avec leurs enfants dans des camps contrôlés par les Kurdes en Syrie.

    Le tribunal administratif s’était déjà prononcé dans le même sens : pour le juge des référés du Conseil d'État, ces rapatriements relèvent de la diplomatie française, non pas de la justice.

    Le Conseil d'État estime que les mesures demandées nécessiteraient « l'engagement de négociations avec des autorités étrangères ou encore une intervention sur un territoire étranger ». Soit des mesures qui ne sont pas détachables de la conduite des relations internationales de la France. Le tribunal conclut qu'aucune juridiction n'est par conséquent compétente pour statuer en la matière.

    Trois de ces requêtes émanent de Françaises retenues au Kurdistan syrien avec, au total, huit enfants. Une dernière provient de l'oncle de deux mineurs, âgés de deux et quatre ans, eux aussi retenus dans des camps sous le contrôle des forces kurdes. Il réclame à l'État de les rapatrier.

    Dans ce débat judiciaire sans précédent « les droits fondamentaux, l'intérêt supérieur de l'enfant doivent l'emporter », avait plaidé William Bourdon, l'avocat des requérants. Mais jusqu'à présent, le gouvernement français s'est toujours fermement opposé au retour de ses ressortissants partis faire le jihad, et n'a accepté qu'au cas par cas le rapatriement des enfants.

    Je suis persuadé que si le Conseil d’État voulait se déclarer compétent il disposait d'un arsenal juridique suffisant pour le faire...

    Nabil Boudi, avocat de l'oncle de deux mineurs retenus en Syrie. 24/04/2019 - par Pierre Olivier Écouter

     

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.