GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 18 Octobre
Samedi 19 Octobre
Dimanche 20 Octobre
Lundi 21 Octobre
Aujourd'hui
Mercredi 23 Octobre
Jeudi 24 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    France: SOS Racisme dénonce les discriminations dans l'accès au logement

    media Une barre de logements à Sarcelles, dans la banlieue nord de Paris, en février 2016. (Photo d'illustration) JOEL SAGET / AFP

    Une enquête de SOS Racisme en Île-de-France montre que les candidats ultra-marins ou d’origine africaine, maghrébine et asiatique à la recherche d’un logement locatif subissent une discrimination de la part des propriétaires et des agences immobilières.

    Pour son enquête, SOS Racisme a envoyé 4 000 courriels en réponse à 775 annonces de logements en Île-de-France, en changeant uniquement le nom pour laisser supposer des différentes origines. Les résultats sont alarmants.

    Concernant les jeunes actifs, un profil d'origine asiatique a 20% de chance en moins d'avoir un logement qu'une personne d'origine française ancienne ; cela monte à 37% d'opportunités en moins pour les profils maghrébins et culmine à 40% pour les profils ultra-marins et d’Afrique subsaharienne.

    Découragés par la lourdeur des procédures

    Les discriminations en raison de l'origine sont donc bien réelles et d'autant plus difficiles à combattre qu'elles sont insidieuses. « Les victimes de discrimination raciale, dans la grande majorité des cas, ne se rendent pas compte qu’elles sont victimes de discrimination, souligne Julia Levivier, responsable du pôle juridique de SOS Racisme. Si certaines d’entre elles sentent qu’elles ont été victimes d’une discrimination, la grande majorité n’entame aucune démarche pour faire valoir leurs droits. »

    La raison ? « D’abord, parce qu’elles peuvent être découragées par la lourdeur des procédures. Ensuite, dans la très grande majorité des cas, elles n’ont pas de preuve de ce qu’elles avancent. Et puis, elles peuvent se dire que même si elles entament des démarches, cela n’aboutira pas parce qu’on a très peu d’exemples de condamnation pour discrimination raciale », poursuit Julia Levivier.

    À noter que si le prix du loyer n'a pas d'impact, en revanche, l'influence du bailleur est significative. Le taux de discrimination atteint 87% chez les particuliers contre 68% dans les agences immobilières.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.