GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 17 Juillet
Jeudi 18 Juillet
Vendredi 19 Juillet
Samedi 20 Juillet
Aujourd'hui
Lundi 22 Juillet
Mardi 23 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    France: le coup de main d’Emmanuel Macron à son parti pour les européennes

    media Emmanuel Macron et Nathalie Loiseau chef de file de «En Marche» pour les Européennes, le 17 avril au Parlement européen. Frederick FLORIN / AFP

    Le sommet européen de Sibiu en Roumanie a offert à Emmanuel Macron une occasion de mettre un pied de plus dans la campagne des européennes. Au moment où Nathalie Loiseau patine, le président prend le relais.

    Quel meilleur moment que la journée de l’Europe et un conseil européen pour délivrer un message sur les élections européennes ? A Sibiu, en Roumanie, Emmanuel Macron a donc profité de cette opportunité.

    Rien de neuf sur le fond. Mais un peu de dramatisation en situation avec une mise en garde: « Est-ce qu’on veut construire ensemble... ou détruire l’Europe et revenir au nationalisme ? » Emmanuel Macron cible et nomme le Rassemblement national de Marine Le Pen, l'adversaire direct de son parti en France, qu'il veut battre.

    Nathalie Loiseau peine à imprimer dans l’opinion alors Emmanuel Macron s’en mêle. Cette semaine, il a participé à un diner avec la tête de liste, ses colistiers  dans un restaurant parisien. Personne ne l’a vu mais ses paroles ont été rapportées par les participants. C'est aussi le visage d'Emmanuel Macron que l'on retrouve sur les professions de foi avec le retour du label «En Marche» car Renaissance -le nom donné à la liste- ne prend pas.

    A moins de trois semaines du scrutin, un responsable du parti présidentiel estime (« même s'il ne veut pas tirer sur une ambulance »),  que Nathalie Loiseau « n'était pas faite pour être candidate » et qu'il fallait qu'Emmanuel Macron « reprenne les choses en main ». En clair, la vraie tête de liste, c'est lui.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.