GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 19 Septembre
Vendredi 20 Septembre
Samedi 21 Septembre
Dimanche 22 Septembre
Aujourd'hui
Mardi 24 Septembre
Mercredi 25 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Moyen-Orient

    Utilisation d'armes françaises au Yémen: des journalistes entendus par la DGSI

    media L'enquête «Made in France» de Disclose a révélé que des armes françaises avaient été utilisées dans la guerre au Yémen. Disclose.ngo

    Trois journalistes français sont convoqués ce mardi 14 mai par la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI). Ils doivent être entendus par les services secrets dans le cadre d’une enquête pour « atteinte au secret de la défense nationale ». Tous sont membres du collectif d'investigation Disclose. Ils avaient révélé le 15 avril dernier sur leur média en ligne que des armes françaises étaient « massivement utilisées » dans la guerre au Yémen.

    Ce qui pose question à la DGSI, c'est la note d'une quinzaine de pages émanant de la direction du renseignement militaire que les journalistes ont révélé sur leur média en ligne Disclose.

    Ce rapport confirme notamment que des Mirages 2 000 livrés par la France aux Émirats arabes unis sont employés au Yémen, et que des chars Leclerc y ont été utilisés en septembre 2018.

    À lire aussi : Les révélations de Disclose sur l'utilisation d'armes françaises au Yémen

    Le gouvernement français assure que ces armements ne sont utilisés que de manière défensive et pas sur la ligne de front. Ce que réfute le média Disclose.

    Pour Geoffrey Livolsi, un des trois journalistes entendus ce mardi, cette enquête judiciaire n’a qu’un seul objectif : « connaître les sources qui ont permis ces révélations ». Les journalistes ont d'ores et déjà prévu d'exercer leur droit à garder le silence et de ne pas donner d’informations sur leurs sources.

    Après l'annonce de cette convocation, les journalistes de 37 médias français, dont RFI, ont apporté leur soutien à leurs confrères. Une journaliste yéménite a également lancé une pétition demandant au président français Emmanuel Macron de « renoncer à toute menace de poursuites » contre Disclose.

    Cela nous semble absolument pas acceptable dans le cadre d'une démocratie moderne...

    Tony Fortin, chargé d'études au sein de l'Observatoire de l'armement 14/05/2019 - par Murielle Paradon Écouter

    À lire aussi : Armes françaises au Yémen: à la DGSI, les journalistes «garderont le silence»

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.