GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 16 Juillet
Mercredi 17 Juillet
Jeudi 18 Juillet
Vendredi 19 Juillet
Aujourd'hui
Dimanche 21 Juillet
Lundi 22 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • L'Arabie saoudite a décidé d'accueillir des forces américaines (ministère saoudien)
    • Golfe: le deuxième navire relâché, d'après son propriétaire britannique
    • CAN 2019: l'Algérie sacrée championne d'Afrique après sa victoire en finale face au Sénégal 1-0 (but de Baghdad Bounedjah)
    • Détroit d'Ormuz : Londres dénonce «la saisie inacceptable» de «deux navires» par l'Iran
    • Pétrolier «confisqué»: Washington dénonce la «surenchère de la violence» de l'Iran
    France

    Le repreneur d'Ascoval aurait des difficultés financières

    media Des ouvriers d'Ascoval manifestent devant leur usine, mercredi 24 octobre 2018. FRANCOIS LO PRESTI / AFP

    C'est un nouveau rebondissement dans le feuilleton Ascoval, dossier devenu politiquement sensible. Alors que l'aciérie du nord de la France doit être reprise ce mercredi par un groupe sidérurgique britannique, un doute de dernière minute s'est immiscé. Le repreneur British Steel aurait de graves difficultés financières. Une nouvelle source d'inquiétude pour les salariés épuisés par plusieurs années d'incertitudes.

    Chat échaudé craint l'eau froide, dit le dicton qui colle parfaitement au sentiment des salariés d'Ascoval. Des années qu'ils attendaient un repreneur. Le groupe franco-belge Altifort, un temps pressenti, leur avait filé entre les doigts en février.

    Quand il y a deux semaines, le tribunal de commerce validait la candidature British Steel, des ouvriers à l'usine de Saint-Saulve se disaient sur un petit nuage. Certains syndicalistes affichaient plus de prudence. Ils avaient peut-être raison. En difficulté, notamment à cause du Brexit, le numéro 2 de la sidérurgie britannique dit chercher un soutien financier. La chaîne Sky News évoque même un risque de faillite imminente. Des milliers d'emplois seraient en jeu.

    British Steel confirme des discussions avec le gouvernement britannique, mais elles n'auraient pas d'impact sur la volonté de reprendre Ascoval et respecter les engagements, sans délai supplémentaire.

    C'est aussi le vœu du ministre de l'Économie Bruno Le Maire qui s'est personnellement impliqué. Bercy confirme le projet de reprise et la part de l'État dans le financement de cette opération à haute teneur politique.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.