GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 12 Juillet
Samedi 13 Juillet
Dimanche 14 Juillet
Lundi 15 Juillet
Aujourd'hui
Mercredi 17 Juillet
Jeudi 18 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    France

    France: devant le tribunal, Balkany jure avoir «toujours payé ses impôts»

    media Le maire de Levallois-Perret, Patrick Balkany, à son arrivée au tribunal de Paris, au premier jour de son procès, le 13 mai 2019. REUTERS/Benoit Tessier

    Le maire de Levallois-Perret (Hauts-de-Seine), Patrick Balkany, jugé à Paris depuis lundi avec son épouse Isabelle pour fraude fiscale, a accusé mercredi le fisc de « négligences » et juré avoir « toujours payé ses impôts ».

    « Si tous les mauvais payeurs avaient payé autant que moi, on n'aurait plus de problème en France », a dit devant les juges Patrick Balkany ajoutant « j’ai toujours payé mes impôts, d'ailleurs je suis pour le prélèvement à la source. »

    Patrick et Isabelle Balkany, 70 et 71 ans, sont accusés d'avoir soustrait au fisc 4,339 millions d'euros entre 2009 et 2015, en minorant leurs revenus et leur patrimoine.

    Un patrimoine acquis grâce aux biens et à l'argent hérités de leurs parents respectifs, dont une partie était en Suisse, a expliqué le maire de Levallois-Perret en l'absence de son épouse hospitalisée depuis une tentative de suicide, le 1er mai.

    Il a admis qu'ils avaient continué à faire des déclarations chacun de leur côté après une brève séparation en 1995-96, mais en a rejeté la faute sur son conseiller fiscal et le fisc.

    Patrick Balkany a également expliqué qu'ils avaient vécu sur les espèces et les lingots d'or retrouvés dans les coffres de leur père respectif - le sien avait commencé à faire fortune en revendant des surplus militaires américains à son retour de déportation.

    À lire aussi : France: début du procès du maire LR Patrick Balkany et de son épouse Isabelle

    Un deuxième procès à venir

    Patrick Balkany a cependant contesté les témoignages selon lui « orientés » d'ex-employées de maison faisant état de sommes importantes en espèces à leur domicile de Giverny (Eure) et de salaires payés en liquide.

    Il a également contesté l'évaluation de son patrimoine et de celui de sa femme par l'administration fiscale - entre 13,4 et 16,5 millions d'euros dans les années 2010-2013.

    Ce deuxième procès devant le même tribunal pour corruption et blanchiment de fraude fiscale aggravé, dans lequel comparaîtra également leur fils Alexandre, peut leur valoir jusqu'à dix ans de prison et 750 000 euros d'amende.

    (Avec Reuters)

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.