GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 15 Juin
Dimanche 16 Juin
Lundi 17 Juin
Mardi 18 Juin
Aujourd'hui
Jeudi 20 Juin
Vendredi 21 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    France

    Affaire Vincent Lambert: l'heure de l'arrêt des soins

    media Rachel Lambert, épouse de Vincent Lambert, et François, le neveu, devant la Cour européenne des droits de l'homme (CEDH) en 2015. REUTERS/Vincent Kessler

    L'arrêt des soins du Français Vincent Lambert a commencé ce lundi 20 mai, malgré les nombreux recours déposés par ses parents depuis dix ans. Les médecins chargés de son cas devaient mettre fin à sa nutrition et à son hydratation, toutes deux artificielles, et plonger le patient dans une sédation profonde jusqu'à sa mort.

    L'arrêt des traitements de Vincent Lambert est conforme à la loi Claeys-Leonetti de 2016, selon laquelle les soins peuvent être suspendus lorsqu'ils n'ont pas d'autre effet que de « maintenir artificiellement la vie ». C'est exactement le cas de Vincent Lambert.

    Ce texte propose en fait plusieurs cas de figure dans lesquels les traitements peuvent être arrêtés. La loi peut aussi être appliquée lorsqu'ils sont inutiles ou en cas d'obstination « déraisonnable », selon les termes de la loi.

    Nouveauté de cette loi de 2016 : le principe de sédation. L'hydratation et la nutrition sont arrêtés ; en parallèle, Vincent Lambert a été plongé dans un coma artificiel jusqu'à l'arrêt de son cœur. Une solution destinée à garantir une fin de vie sans souffrances pour les patients.

    Un texte qui ne met pas tout le monde d'accord

    Depuis sa promulgation, ce texte divise. D'un côté, les « pro-vie », principaux soutiens des parents de Vincent Lambert, qui ne souhaitaient pas que les soins soient arrêtés. Ils s'inquiètent d'éventuelles dérives autour du droit à la sédation.

    Dans le cas de Vincent Lambert, le patient est en état végétatif. Et les opposants à l'arrêt des soins s'indignent que la décision ait été prise par les médecins, sans concertation avec la famille.

    Du côté de ceux qui sont favorables à la fin de vie assistée, on met en avant le principe de respect de l'être humain et le droit à mourir dans la dignité. Dans les faits, la société semble plutôt unanime : d'après un sondage Ifop de mars 2017, 95% des Français seraient favorables à l'euthanasie.

    Vincent Lambert, une tragique bataille entre proches du patient

    Né en 1976, Vincent Lambert a été victime d'un accident de la route en 2008. Le Français plonge alors dans un état de conscience minimale, et les médecins attendront plusieurs années que son état s'améliore, sans succès. En avril 2013, en accord avec la femme du patient, l'équipe médicale chargée de son cas décide de cesser de l'alimenter et de l'hydrater. Ses parents et ses nombreux frères et sœurs ne sont alors pas consultés.

    La procédure est finalement annulée sur la forme. En septembre 2013, le CHU convoque donc toute la famille et la décision d'arrêter de nourrir et d'hydrater le patient est de nouveau prise, en janvier 2014. Le début d'une longue bataille judiciaire entre d'un côté l'équipe médicale, la compagne, un neveu et la majorité des frères et sœurs, et de l'autre les parents et deux frères et sœurs. Le cas sera porté jusqu'à la CEDH et un comité de l'ONU.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.