GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 12 Septembre
Vendredi 13 Septembre
Samedi 14 Septembre
Dimanche 15 Septembre
Aujourd'hui
Mardi 17 Septembre
Mercredi 18 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    France: un CRS aux assises pour avoir éborgné un manifestant

    media Des manifestants pris dans les gaz lacrymogènes, jeudi 15 septembre 2016, place de la République à Paris. Les faits se sont produits ce jour-là. REUTERS/Charles Platiau

    Presque trois ans après les faits, un CRS de 50 ans sera jugé aux assises pour avoir causé la perte d'un œil chez un manifestant. Cette décision rare fait grincer des dents chez des syndicats de police sous pression depuis le déclenchement de la crise des « gilets jaunes ».

    Les faits se déroulent le 15 septembre 2016 à Paris lors d'une manifestation contre la loi Travail. Au moment de la dispersion, place de la République, un CRS fait usage d'une grenade de désencerclement qui blesse gravement un militant syndical aujourd'hui définitivement aveugle de l'oeil droit.

    Les juges d'instruction estiment que ce tir était injustifié et hors de tout cadre légal : tout d'abord, ce brigadier-chef et sa compagnie n'étaient à ce moment-là ni assaillis ni encerclés, ni même réellement pris à partie, ce qui exclut la légitime défense.

    Il est également reproché au CRS d'avoir agi de sa propre initiative contrairement à la doctrine d'emploi de cette arme.

    Enfin, selon l'ordonnance de renvoi, ce fonctionnaire n'était pas habilité à se servir de cette grenade qu'il aurait lancée en cloche, ce qui est strictement interdit. Ces grenades qui dispersent 18 galets en caoutchouc à 125 mètres par seconde doivent toujours être lancées au ras du sol.

    Cette décision 3 ans après les faits inquiète les syndicats de police, car depuis le début du mouvement des « gilets jaunes », les cas de violences policières présumées se sont multipliés. 240 enquêtes ont été confiées à L'IGPN même si pour le moment aucune poursuite n'a été engagée.

    À lire aussi : «Gilets jaunes»: comment la justice freine les plaintes contre la police

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.