GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 13 Septembre
Samedi 14 Septembre
Dimanche 15 Septembre
Lundi 16 Septembre
Aujourd'hui
Mercredi 18 Septembre
Jeudi 19 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    Qatar: l'enquête sur l'attribution des Mondiaux d'athlétisme s'accélère

    media Yousef al-Obaidly, le directeur général de BeIN, le 8 décembre 2015. FRANCK FIFE / AFP

    Y a-t-il eu corruption dans l’attribution des Mondiaux d’athlétisme prévus au Qatar à l’automne prochain ? C’est ce que pense le Parquet national financier, le PNF, qui a procédé fin mars à deux mises en examen. La première, pour corruption active, vise Yousef al-Obaidly, directeur général du groupe médiatique qatari BeIN, et la seconde cible l'ancien président de la fédération internationale d'athlétisme Lamine Diack, poursuivi pour corruption passive.

    Les juges du Parquet national financier, le PNF, s'intéressent en particulier à deux virements d'un montant total de 3,5 millions de dollars. Ils ont été réalisés à l'automne 2011 par la société Oryx Qatar Sport Investment, au profit d'une société sénégalaise, dirigée par le fils de Lamine Diack, ancien président de la fédération internationale d'athlétisme, l'IAAF, entre 1999 et 2015.

    L'entreprise qatarie est quant à elle détenue pour moitié par le président du Paris-Saint-Germain, Nasser al-Khelaifi, dont Yousef al-Obaidly est le bras droit. Les juges d'instruction cherchent à savoir si en contrepartie de ces versements, Lamine Diack a incité les membres de l'IAAF à soutenir la candidature qatarie pour les mondiaux d'athlétisme.

    Ces virements étaient prévus dans un protocole d'accord par lequel Oryx Qatar Sport Investment s'engageait à acheter des droits de sponsoring et des droits TV pour plus de 32 millions de dollars, à condition que Doha obtienne l'organisation des Mondiaux.

    Et ce qui intrigue les juges, c'est que ces deux versements étaient non remboursables, et ce même si les Mondiaux étaient finalement attribués à un autre pays. Une pratique courante, se défend l'entourage de Yousef al-Obaidly, qui conteste catégoriquement les accusations à son encontre.

    Chronologie et chiffres clés
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.