GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 19 Octobre
Dimanche 20 Octobre
Lundi 21 Octobre
Mardi 22 Octobre
Aujourd'hui
Jeudi 24 Octobre
Vendredi 25 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    France: après les européennes, des voix s'élèvent à La France insoumise

    media Clémentine Autain et Jean-Luc Mélenchon, en juin 2018 à l'Assemblée nationale à Paris. Alain JOCARD / AFP

    Le parti de Jean-Luc Mélenchon a connu un sérieux revers électoral dimanche 26 mai : il n'a totalisé que 6,31% des voix, bien loin de son score lors de la présidentielle de 2017 (19,5%), cédant sa place de premier parti de gauche à Europe écologie-Les Verts. Des voix s'élèvent à nouveau au sein de La France insoumise (LFI) pour réclamer une clarification de la ligne politique.

    La première à dégainer ? Clémentine Autain. Dès dimanche soir, la députée a réclamé un changement de stratégie. Moins de polémiques, plus d'ouverture à gauche. Un message répété dans une interview à L'Obs le lendemain, et sur France inter, mardi. La députée a sorti le bazooka, alors que les tenants de l'aile populiste s'épanchent, eux, sur Twitter.

    Pourtant, pour Éric Coquerel, tout va bien à LFI. « Aujourd'hui, dit-il, il y a deux sortes de critiques : ceux qui trouvent que la ligne a été trop populiste et clivante ; ceux qui trouvent qu'elle n'a pas été assez populiste et clivante. Donc, c'est que quelque part, elle a dû être correcte. »

    La ligne politique n'est pas donc en cause aux yeux du député des Hauts-de-Seine, et ce n'est pas non plus un problème de personne. « Je pense que le successeur de Jean-Luc Mélenchon s'appelle Jean-Luc Mélenchon », assure même Éric Coquerel.

    Les critiques concernant le manque de démocratie et d'espace de débat au sein de LFI sont, elles aussi, balayées d'un revers de main. « Les espaces, il y en a, considère la députée Danielle Obono. Alors il faut les renforcer, les préciser, faire en sorte que le mouvement se structure mieux. Mais ça, c'est la vie des mouvements et des organisations politiques. Il n'y a rien de nouveau là-dedans. »

    Quelque peu dans le déni face à une colère qui monte en interne, les lieutenants de Jean-Luc Mélenchon continuent de défendre la stratégie de leur leader. Il va falloir davantage que des prises de position dans la presse pour faire bouger les lignes à La France insoumise.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.