GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 21 Août
Jeudi 22 Août
Vendredi 23 Août
Samedi 24 Août
Aujourd'hui
Lundi 26 Août
Mardi 27 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    France

    France: une grève des enseignants menace la surveillance du baccalauréat

    media L'épreuve du baccalauréat en philosophie au lycée La Bruyère à Versailles, le 18 juin 2018. Reuters/路透社

    Pour manifester leur opposition à la réforme du bac et du lycée, plusieurs syndicats de professeurs, dont le Snes, syndicat majoritaire, appellent à une grève de la surveillance des épreuves pour le premier jour du baccalauréat.

    C'est une ultime tentative de contestation de la loi Blanquer et de la réforme du baccalauréat. Perturber le déroulement des épreuves du bac est une décision rare, mais les professeurs n'ont pas le choix, selon Frédérique Rolet, secrétaire générale du Snes, syndicat majoritaire des enseignants.

    « Alors pourquoi en arrive-t-on là ? Parce que ça fait plus de deux ans qu’on a commencé à alerter sur la réforme du lycée, que depuis plus d’un an qu’il y a des mouvements dans les établissements, qu’il y a eu des grèves, qu’il y a eu des manifestations internationales, que des parents d’élèves ont protesté contre la loi Blanquer et que le ministre reste complètement sourd à toute discussion et considère qu’il faut faire les choses très vite et en force. »

    Mais est-ce que la base suivra ? Le Snes a lancé une consultation, plus des trois quarts des professeurs se disent favorables à la grève, mais seulement 12 % d'entre eux ont répondu.

    De son côté, le syndicat des chefs d'établissement dit ne pas avoir d'inquiétude particulière, mais affirme tout de même que cet appel à la grève ne ferait que nuire aux élèves.

    Frédérique Rolet du Snes réagit : « Nous, on souhaite vraiment justement défendre le lycée, défendre le bac, donc défendre les élèves. Là, le ministre porte une responsabilité très lourde. Il reste une petite quinzaine de jours, il peut donner encore de signaux d’ouverture. »

    Le ministère a de toute façon les moyens de faire face à la grève, il peut aller jusqu'à réquisitionner du personnel.

    À écouter aussi : Réforme du Bac: à quoi doit-on s’attendre?

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.