GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 14 Octobre
Mardi 15 Octobre
Mercredi 16 Octobre
Jeudi 17 Octobre
Aujourd'hui
Samedi 19 Octobre
Dimanche 20 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Trump annonce le départ de son ministre de l'Energie Rick Perry
    • Record battu pour un tableau de Nicolas de Staël, adjugé 20 millions d'euros à Paris (Christie's)
    France

    Procès Balkany: la tension monte autour de la villa «Dar Gyucy» à Marrakech

    media Patrick Balkany lors de son arrivée au tribunal de Paris le 20 mai 2019. AFP PHOTO/Eric Feferberg

    En France, durant le procès Balkany pour fraude fiscale et corruption, le tribunal s’est intéressé à la villa de Marrakech acquise en 2010. Le maire de Levallois, Patrick Balkany, nie être le propriétaire de cette villa. Mais ce mercredi 29 mai, la défense du prévenu a connu un sérieux revers.

    Jean-Pierre Aubry, homme lige de Levallois, ne répond jamais à la question du tribunal : pourquoi avoir accepté via des sociétés-écrans d’apparaître comme le bénéficiaire de ce riad à Marrakech ?
    « Ce n’est ni ma maison ni mon argent »... Il ne dit rien d’autre de ce riad d’une valeur de plusieurs millions d’euros, une propriété qui répond au nom de « Dar Gyucy », la contraction des prénoms des petits enfants de Patrick Balkany.

    Jean-Pierre Aubry, son homme de confiance, soutient que ce riad a été acheté pour Mohamed Al-Jaber, un ami, pour rendre service.
    L’homme d’affaires saoudien est à son tour interrogé. « Mensonge. Des maisons, j’en ai 18 à travers le monde, toutes à mon nom ! », clame-t-il. L’homme a réussi dans l’immobilier. Sa fortune est estimée à plusieurs milliards de dollars. Il dit diriger 163 sociétés.

    « C’est un escroc ! »

    « Jean-Pierre Aubry, je pensais que c’était le garde du corps de Patrick Balkany », ajoute Mohamed Al-Jaber, avant d’évoquer un projet avorté de construction de tours à Levallois, projet pour lequel Patrick Balkany lui aurait réclamé 4 millions d’euros.
    « C’est un escroc ! », hurle subitement Patrick Balkany.
    « Et vous, vous êtes quoi ? », rétorque l’avocat de l’homme d’affaires saoudien à un Patrick Balkany écarlate, carbonisé comme sa défense.

    ►À lire aussi : Procès Balkany : la villa Pamplemousse au menu des débats

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.