GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 19 Octobre
Dimanche 20 Octobre
Lundi 21 Octobre
Mardi 22 Octobre
Aujourd'hui
Jeudi 24 Octobre
Vendredi 25 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    France: interdire l'avion quand on peut prendre le train?

    media Des usagers du train le 27 juillet 2018 à la gare de Paris-Montparnasse (image d'illustration). GERARD JULIEN / AFP

    Depuis quelques jours, plusieurs députés proposent d'interdire certains vols entre villes françaises s'il est possible de faire le même trajet en moins de cinq heures de train. Principal argument : le transport aérien émet 60 fois plus de gaz à effet de serre que le train. Pour l'instant au stade de projet, cette proposition est plus que jamais dans l'air du temps.

    Interdire l'avion quand le train permet de faire le même trajet sans trop de complications et entraînerait une baisse considérable des vols en France. L'année dernière, les lignes intérieures ont transporté 27 millions de passagers. Ce chiffre pourrait être divisé par deux si l'avion était interdit lorsqu'un train met moins de cinq heures pour faire le même parcours.

    Certains vols sont plus facilement substituables par le rail que d'autres, notamment ceux qui relient Paris aux villes de province, très bien desservies par le TGV. En revanche, les liaisons ferroviaires interrégionales sont moins efficaces et l'avion y resterait donc plus intéressant. À titre de comparaison, le trajet Bordeaux-Nice prend neuf heures en train contre 1h20 par les airs.

    Cette proposition ne semble pas avoir convaincu François de Rugy, le ministre de l'Écologie qui déclarait qu'« interdire les vols quand un train met moins de cinq heures reviendrait à ne plus utiliser l'avion en France ». Une affirmation fausse : sur les 150 liaisons aériennes françaises, une centaine resterait ouverte mais souvent parmi les moins fréquentées du réseau. Les émissions de gaz à effet de serre, quant à elles, pourraient diminuer de 0,4 point, une amélioration non-négligeable à l'échelle du pays.

    À (ré)écouter : Le mouvement anti-avion tente de décoller

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.