GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 21 Juin
Samedi 22 Juin
Dimanche 23 Juin
Lundi 24 Juin
Aujourd'hui
Mercredi 26 Juin
Jeudi 27 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    France: le projet de loi santé se discute au Sénat

    media En France, depuis le 15 septembre 2018, tous les médecins ont la possibilité de proposer à leurs patients une téléconsultation en vidéo, au tarif d’une consultation classique. pixabay

    C'est sur fond de crise des personnels des urgences que le Sénat se prononce ce mardi après-midi sur le projet de loi santé. Ce texte vise à concrétiser le plan du gouvernement en matière de santé avec comme objectif principal la lutte contre les déserts médicaux. Mais il est loin de faire l'unanimité.

    La France manque de médecins, tout le monde s'accorde sur ce constat. Les solutions présentées par le gouvernement et amendées par les sénateurs sont en revanche loin de faire l'unanimité. La suppression du numerus clausus, par exemple, disposition qui limitait le nombre de place en étude de médecine, est l'une des mesures les plus emblématiques mais qui suscite également une large opposition du côté du corps médical.

    Problème des hôpitaux de proximité

    Également prévue par le texte, la création des hôpitaux de proximité : 500 à 600 établissements existants se verront attribuer ce label, censé résoudre le problème des déserts médicaux. Ces hôpitaux recentreront leurs activités sur la médecine générale, l'urgence, la gériatrie, mais devront abandonner leurs maternités. Une disposition loin de convaincre tout le monde. Les contours et les domaines d'action précis de ces nouvelles structures sont en effet jugés flous par de nombreux sénateurs.

    Développement de la numérisation des données de santé

    Le texte prévoit également des mesures plus consensuelles, comme le développement de la numérisation des données de santé avec un dossier médical par patient accessible à la communauté soignante. Enfin, un amendement de dernière minute avait été adopté un peu à la surprise générale : il prolonge de deux semaines la durée légale permettant une interruption volontaire de grossesse.

    LIRE AUSSI : Urgences: la colère des personnels soignants s'étend dans toute la France

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.