GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 11 Septembre
Jeudi 12 Septembre
Vendredi 13 Septembre
Samedi 14 Septembre
Aujourd'hui
Lundi 16 Septembre
Mardi 17 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    France: réquisitoire ce jeudi au procès des époux Balkany pour fraude fiscale

    media Le maire de Levallois-Perret Patrick Balkany au palais de justice de Paris, le 13 mai 2019. REUTERS/Benoit Tessier

    Jugés depuis le 13 mai devant le tribunal correctionnel de Paris pour blanchiment de fraude fiscale et corruption, Patrick Balkany et son épouse Isabelle, respectivement Maire et 1re adjointe de Levallois-Perret (Hauts-de-Seine) encourent  jusqu'à dix ans de prison. L'accusation prononcera ses réquisitions ce jeudi 13 juin. Il est reproché au couple Balkany des années de dissimulation fiscale ainsi que d'avoir masqué, via des sociétés-écrans, l'achat de somptueuses propriétés aux Antilles et au Maroc.

    Pour justifier l'origine de sa fortune, Patrick Balkany n'a jamais été à bout d'arguments. Des arguments poussés parfois jusqu'à l'absurde. L'argent, il en a hérité, a-t-il plaidé, de son père, riche commerçant lui ayant légué des lingots d'or, convertis en espèces et qu'il fallait bien dépenser. Rien que de l'argent familial, en aucun cas des fonds occultes.

    Seul à la barre, en l'absence de sa femme Isabelle convalescente, Patrick Balkany, avec sa voix de stentor a évoqué l'origine bourgeoise de sa belle-famille et du petit magot perçu en Suisse.

    Des sommes jamais déclarées, un engrenage, regrette le maire de Levallois. Sur le fond, les Balkany ont reconnu être propriétaires de la villa Pamplemousse aux Antilles, mais nient posséder un riad à Marrakech baptisé Dar Guycy, contraction des prénoms de ses petits-enfants et où ont été retrouvés des peignoirs de bain brodés des initiales PB (Patrick Balkany). L'administration fiscale estime les biens saisis à plus de 13 millions d'euros.

    Pour fraude fiscale, le parquet a déjà requis contre l'édile 4 ans de prison avec mandat de dépôt. Cette fois pour blanchiment et corruption, Patrick Balkany encourt jusqu'à 10 ans de réclusion et autant d'inéligibilité.

    À lire aussi :Procès Balkany: le parquet requiert la prison ferme et dix ans d'inéligibilité

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.