GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 16 Juin
Lundi 17 Juin
Mardi 18 Juin
Mercredi 19 Juin
Aujourd'hui
Vendredi 21 Juin
Samedi 22 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • L'Iran déclare avoir abattu un drone américain sur son territoire (TV)
    • La Banque du Japon opte sans surprise pour le statu quo monétaire
    • Le président chinois Xi Jinping est arrivé en Corée du Nord (TV chinoise)
    • Le président chinois Xi Jinping est parti pour la Corée du Nord (TV chinoise)
    • Crash du vol MH17: la Russie doit s'assurer que «justice» sera rendue (Pompeo)
    France

    Déclaration de politique générale: une majorité d’abstentions au Sénat

    media Le Premier ministre français Edouard Philippe, le 12 juin 2019 à l'Assemblée nationale. Alain JOCARD / AFP

    Après l'Assemblée, le Premier ministre était ce jeudi devant les sénateurs pour présenter une version plus territoriale de sa déclaration de politique générale. Fait rare, le Premier ministre a choisi de la soumettre au vote de la Chambre haute.

    Avec notre envoyé spécial au Sénat,  Julien Chavanne

    Au palais du Luxembourg, alors que les municipales 2020 se profilent, le Premier ministre a annoncé qu'un projet de loi « décentralisation et différenciation » serait présenté à la fin du premier semestre 2020, pour donner plus de pouvoirs aux élus locaux en matière de logement, de transports et de transition écologique.

    Le discours était deux fois plus court qu'à l'Assemblée, et les bancs clairsemés. Loin de l’effervescence de l’Assemblée nationale, le message d’Edouard Philippe aux sénateurs aura pourtant été le même : rejoignez-nous. Le chef du gouvernement a continué son offensive auprès des maires de droite et du centre.

    « L’époque, a-t-il dit, exige une forme de dépassement. Je ne vous demande ni un blanc-seing pour la politique de mon gouvernement, ni un quelconque ralliement à la majorité. Je vous demande de dépasser des clivages et des différences que je respecte, mais qui ne me semblent plus, aujourd’hui, les plus importants. »

    En fait, en promettant plus de décentralisation, plus de pouvoirs aux collectivités, M. Philippe cible plutôt les élus locaux. « Nous ne pourrons pas transformer le pays sans les maires. Sans les élus locaux, la démocratie n’est qu’une coquille vide », a plaidé le chef du gouvernement, issu du parti Les Républicains.

    J'ai demandé à Sébastien Lecornu de travailler avec le Sénat, avec l'ensemble des présidents des groupes du Sénat, et avec les associations d'élus pour déposer avant la fin du mois de juillet un projet de loi «engagement et proximité». Le deuxième défi, c'est de préparer un nouvel acte de décentralisation. J'ai chargé Jacqueline Gourault de préparer cette importante réforme

    Discours d'Edouard Philippe devant le Sénat 13/06/2019 - par Julien Chavanne Écouter

    Une majorité d'abstentions

    Le Premier ministre veut attirer plus de maires, pour qu'ils soutiennent son gouvernement en vue des élections municipales de l'année prochaine. La drague est voyante, et même beaucoup trop aux yeux de la droite sénatoriale. Stop au débauchage agressif, rétorque Dominique Estrosi Sassonne, du parti LR.

    « Que vous tendiez la main aux maires, c’est votre droit. Que quelques-uns la saisissent, c’est leur choix. Mais que certains tapent sur les doigts de ceux qui auraient l’impudence de ne pas faire de même, cela est inacceptable », estime la sénatrice des Alpes-Maritimes, par ailleurs adjointe au maire de Nice.

    Le ton est dur mais le vote est doux. La plupart des sénateurs Républicains s’abstiennent lors du vote sur la déclaration d’Edouard Philippe. Sur 345 votants, 181 sénateurs s'abstiennent, 93 votent contre, 71 pour. « Ni chèque en blanc, ni alignement », expliquent les LR, qui tentent de contenir la fuite des élus locaux.

    Contrairement à l'Assemblée nationale, ce vote dit « d'approbation » au Sénat, où le parti présidentiel LREM est très minoritaire, n'engageait pas la responsabilité du gouvernement. Edouard Philippe avait lui-même reconnu qu'il se rendait au palais du Luxembourg « sans penser revenir avec une majorité ».

    Elle est pas voyante, elle est très voyante. On a bien compris, y compris d'ailleurs dans l'idée de dire: s'il le faut, la révision constitutionnelle sera reportée après le renouvellement partiel du Sénat en 2020

    Rogez Karoutchi dénonce la drague d'Edouard Philippe 13/06/2019 - par Julien Chavanne Écouter
    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.