GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 12 Juillet
Samedi 13 Juillet
Dimanche 14 Juillet
Lundi 15 Juillet
Aujourd'hui
Mercredi 17 Juillet
Jeudi 18 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    L’avocat d’Isabelle Balkany plaide la clémence pour une femme «en souffrance»

    media Le première adjointe au maire de Levallois-Perret Isabelle Balkany, ici en avril 2019, encourt quatre ans de prison avec sursis. STEPHANE DE SAKUTIN / AFP

    Dans le procès du couple Balkany, les avocats d'Isabelle Balkany ont pris la parole ce lundi 17 juin pour minimiser les réquisitions du procureur.

    Au palais de justice de Paris, Pierre Olivier

    Isabelle Balkany a été la grande absente de ce procès. Après sa tentative de suicide quelques jours avant l'ouverture des audiences, elle est toujours convalescente. Lors de ses réquisitions, le procureur a réclamé contre elle quatre ans d'emprisonnement avec sursis et 500 000 euros d'amende. Le verbe haut, c'est l'ancien bâtonnier du barreau de Paris, Pierre-Olivier Sur, qui plaide pour la défendre. Il la présente comme « une femme livrée à la vindicte populaire, notamment sur les réseaux sociaux ».

    Selon lui, Isabelle Balkany a déjà largement payé pour ce procès. « Elle a déjà payé lourd dans sa chair, dans son cœur, sur sa réputation. C'était donc une procédure extrêmement difficile à vivre pour elle, qui donne la mesure de ce genre d'affaire où l'on ne vient plus juger un homme, une femme, mais un symbole. C'est dangereux, un symbole. Un drapeau qu'on brûle, une effigie qu'on piétine, c'est ça un symbole qu'on massacre. »

    Selon Pierre-Olivier Sur, Isabelle Balkany serait justement devenue le symbole de l'ancien monde politique dont on veut se débarrasser. Dans une salle d'audience comble, il conclut sa plaidoirie par ces mots : « Isabelle Balkany, c'est une souffrance, un cœur qui bat, des valeurs, du travail, mais aussi le courage de dire "J'ai commis des fautes" ». Les avocats de Patrick Balkany prendront la parole mercredi après-midi, au dernier jour des audiences.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.