GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 19 Septembre
Vendredi 20 Septembre
Samedi 21 Septembre
Dimanche 22 Septembre
Aujourd'hui
Mardi 24 Septembre
Mercredi 25 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    France

    Lamine Diack, l'ex-patron de l'athlétisme mondial, bientôt jugé en France

    media Lamine Diack, ancien président de la Fédération internationale d'athlétisme. REUTERS/Jason Lee

    En France, des juges d'instruction viennent d'ordonner un procès contre l'ex-patron de l'athlétisme mondial, le Sénégalais Lamine Diack, et son fils Papa Massata Diack, soupçonnés d'être au cœur d'un système de corruption pour couvrir des cas de dopage d'athlètes russes. Celui qui fut l'influent président de la Fédération internationale d'athlétisme entre 1999 et 2015 devra répondre de « corruption active et passive », « abus de confiance » et « blanchiment en bande organisée » devant le tribunal correctionnel de Paris.

    C'est la chaîne allemande ARD qui la première, en 2014, a révélé l'affaire. La marathonienne russe Lilia Shobukhova, épinglée pour usage massif d'EPO, avait reconnu avoir dû régler 450 000 euros pour éviter des sanctions. Malgré tout suspendue, elle avait été en partie remboursée via le compte d'une société en lien avec Papa Massata Diack, le fils du patron de l'athlétisme et lui-même pilier de la fédération.

    Initiée en France en 2015 par le juge Van Ruymbeke, l'enquête aux ramifications internationales a exploré tous les recoins de ce pacte supposé de corruption sur fond de dopage institutionnel en Russie. Ainsi, dès 2011, à un an des JO de Londres, la fédération mondiale d'athlétisme disposait d'une liste de 23 athlètes soupçonnés de dopage. Or, selon les enquêteurs, les procédures de sanctions ont été volontairement retardées par la fédération pour leur permettre de participer aux jeux. Lamine Diack aurait, par exemple, obtenu un million et demi d'euros de fonds russes pour financer des campagnes politiques au Sénégal contre le président Wade.

    L'ancien patriarche de l'athlétisme mondial est aussi poursuivi pour avoir permis à son fils de s'approprier d'importants revenus des sponsors au détriment de la fédération. Et les juges d'épingler le train de vie du fils Diack : l'acquisition de montres à Paris pour 1,7 million d'euros.

    Dans cette affaire de corruption présumée, la compétence de la justice française tient au fait que des fonds ont pu être blanchis sur le territoire national. Outre Lamine Diack, le juge Van Ruymbeke a aussi renvoyé sur le banc des prévenus cinq autres protagonistes, dont deux Russes, mais aussi le fils de Lamine Diack, Papa Massata, ex-conseiller en droit marketing de la Fédération internationale d'athlétisme.

    Le procès ne devrait pas se tenir avant plusieurs mois et peut-être s'ouvrira-t-il en l'absence des principaux prévenus. Le fils de Lamine Diack, par exemple, malgré un mandat d'arrêt émis contre lui, n'a, à ce jour, jamais pu être interrogé par la justice française.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.