GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 15 Juillet
Mardi 16 Juillet
Mercredi 17 Juillet
Jeudi 18 Juillet
Aujourd'hui
Samedi 20 Juillet
Dimanche 21 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Édouard Philippe et Dmitri Medvedev relancent le dialogue franco-russe au Havre

    media Au Havre, ville dont il a été maire, Edouard Philippe a joué les guides touristiques pour Dmitri Medvedev. LOIC VENANCE / POOL / AFP

    Le Premier ministre français Édouard Philippe a reçu ce lundi 24 juin son homologue russe Dmitri Medvedev au Havre. Une façon de relancer le dialogue avec Moscou après plusieurs années de différends et de sanctions réciproques.

    Avec notre envoyé spécial au Havre, Julien Chavanne

    Le thermomètre n’affichait qu’une petite vingtaine de degrés sous la pluie, mais Édouard Philippe et Dmitri Medvedev ont quand même tombé la veste. Si l'on est encore loin de la canicule, les deux hommes ont voulu montrer que la température remontait entre Paris et Moscou.

    Ensemble, ils ont visité quelques-uns des lieux emblématiques du Havre, cette ville dont le Premier ministre fut maire : la bibliothèque Nemeyer, la capitainerie, le musée d’art moderne. Édouard Philippe a joué au guide touristique pour se rapprocher de son homologue. L’objectif était surtout d’ouvrir un nouvel espace de discussion entre les deux pays. « Le président de la République Emmanuel Macron a considéré que la qualité du dialogue gagnerait si nous pouvions créer de nouveaux espaces de dialogue », a expliqué le chef du gouvernement français.

    Un nouveau format, car les canaux existants sont gelés par les sanctions des Occidentaux. Du jamais vu même pendant la guerre froide, regrette Dmitri Medvedev : « Ce n’est pas pour rien qu’on dit aujourd’hui que la situation dans le monde est parfois pire que pendant la guerre froide. Pourquoi ? Parce qu’il n’y a pas de communication. Quand il n’y a pas de communication, il n’y a pas de confiance et sans confiance impossible de résoudre nos problèmes. »

    Syrie, Iran, Ukraine, Français emprisonnés en Russie : les sujets difficiles ont été abordés, mais sans aboutir à des avancées. L’essentiel était de préserver le contact. Dmitri Medvedev a d’ailleurs invité en retour Édouard Philippe à venir visiter Saint-Pétersbourg.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.