GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 12 Septembre
Vendredi 13 Septembre
Samedi 14 Septembre
Dimanche 15 Septembre
Aujourd'hui
Mardi 17 Septembre
Mercredi 18 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Les prix du pétrole grimpent de plus de 10% après les attaques contre l'Arabie saoudite
    France

    France: Castaner demande un rapport sur l’évacuation violente du pont de Sully

    media Les CRS évacuent les militants écologistes alors qu'ils bloquaient un pont lors d'une manifestation pour exhorter les dirigeants mondiaux à agir pour le climat, à Paris, le 28 juin 2019. REUTERS/Charles Platiau

    En France, le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner a demandé un rapport au préfet de police de Paris sur « les modalités » de l'évacuation controversée, vendredi 28 juin à Paris, d'une manifestation écologiste au cours de laquelle des militants ont été aspergés de gaz lacrymogène.

    La scène a été filmée. On y voit de jeunes  militants écologistes qui participent pacifiquement à un sit-in sur le pont de Sully à Paris. Il est organisé  par le groupe Extinction Rébellion, un mouvement qui prône la désobéissance civile non violente contre « l'inaction climatique ».

    Au fil des images, les forces de l'ordre demandent aux manifestants de quitter les lieux, mais ils refusent. C'est alors que les policiers aspergent de gaz lacrymogène les militants. Les CRS sont debout et bombe à la main, ils pulvérisent longuement le gaz  lacrymogène à proximité des visages.

    La vidéo a fait le tour des réseaux et a suscité un vif émoi. Le réalisateur et militant écologiste Cyril Dion qui a filmé la scène dénonce la disproportion de la réponse policière.

    Réaction indignée également dans l'opposition, à l’exemple du Premier secrétaire du PS, Olivier Faure qui a écrit sur twitter : « Ces violences ne se passent pas dans une dictature. Elles se passent en France ».

    La préfecture de police justifie l'action des CRS qui devait débloquer le passage du pont.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.