GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 16 Septembre
Mardi 17 Septembre
Mercredi 18 Septembre
Jeudi 19 Septembre
Aujourd'hui
Samedi 21 Septembre
Dimanche 22 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    France: le RN s’organise en vue des élections municipales 2020

    media Marine Le Pen, la dirigeante du parti du Rassemblement national, au Parlement européen à Bruxelles, le 13 juin 2019. REUTERS/Francois Lenoir

    Pendant trois jours à Nanterre, le Rassemblement national (RN) se penche sur les municipales avec la réunion, à partir de ce lundi 8 juillet, de la commission nationale d'investiture. Après sa victoire aux européennes, le parti de Marine Le Pen espère bien confirmer sa dynamique, mais sait que cela s'annonce difficile compte tenu du mode de scrutin. En conséquence, le RN va présenter des listes quasiment partout, mais se concentrer sur les villes gagnables, souvent petites. Quelles sont les priorités ?

    Si le parti refuse de parler d'objectif numéro 1, il mise clairement sur une ville pour illustrer sa capacité de conquête : Perpignan. Avec ses 120 000 habitants, la capitale des Pyrénées orientales est convoitée par Louis Aliot, compagnon de Marine Le Pen. Il s'est mis en retrait du parti pour se consacrer 100% à une campagne qu'il mène non pas sous l'étiquette RN, mais celle du « Rassemblement local » pour favoriser les ralliements, notamment venus de la droite.

    Les autres villes en ligne de mire sont celles du bassin minier comme Denain, 20 000 habitants, l’une des plus pauvres de France. Longtemps gérée par la gauche, elle est tombée aux mains du RN aux dernières législatives. Le symbole, pour le parti d'une région où plusieurs petites villes pourraient céder comme Hénin-Beaumont en 2014.

    Le RN mise sur l'effet domino autour de villes déjà administrées par l'extrême droite comme Béziers ou Fréjus. Il parie sur l'effondrement de la droite aux européennes comme à Nice ou Marseille, mais surtout ne veut pas s'épuiser à faire de la figuration à Paris ou Lyon où il ne devrait pas y avoir de candidat RN.

    À lire aussi : «Les racines de la colère», une petite ville meurtrie du nord de la France

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.