GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 18 Août
Lundi 19 Août
Mardi 20 Août
Mercredi 21 Août
Aujourd'hui
Vendredi 23 Août
Samedi 24 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    Nucléaire iranien: Paris joue au médiateur entre Téhéran et Washington

    media Le président français Emmanuel Macron, le 17 mai 2019. Iroz Gaizka/Pool via REUTERS

    La France est à la manœuvre dans le dossier iranien. Le conseiller diplomatique d’Emmanuel Macron, Emmanuel Bonne, se rend en Iran ce mardi alors que la République islamique étranglée par les sanctions américaines, vient d’annoncer avoir dépassé les limites d’enrichissement d’uranium imposées par l’accord sur le nucléaire signé en 2015.

    La mission est compliquée, mais Paris n’a pas le choix, entre Iraniens et Américains, il faut absolument calmer les tensions. La France est engagée dans « une opération de désescalade » confie une source diplomatique. Le canal de communication est ouvert et le président Emmanuel Macron mène un dialogue de qualité aussi bien avec Washington qu’avec Téhéran, ajoute cette même source.

    Paris reste lucide, la voie est étroite, mais il y a une carte à jouer. Pas question pour le moment de monter au créneau et de dégainer le « Snap Back », ce mécanisme inscrit dans l’accord de 2015 et qui permet aux grandes puissances de réimposer des sanctions à l’Iran en cas de violation de l’accord.

    Selon cette source diplomatique, il reste encore pas mal d’étapes intermédiaires.
    Et c’est là qu’intervient le conseiller diplomatique d’Emmanuel Macron. Emmanuel Bonne sera à Téhéran mardi et mercredi. Cette visite est la deuxième en l’espace de quelques semaines. C’est un bon signe, note François Nicoullaud, ancien ambassadeur de France en Iran.

    À travers la suspension de certains de ses engagements, l’Iran cherchait justement à faire pression sur les partenaires européens de l’accord. La République islamique a désormais toute l’attention de Paris.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.