GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 12 Septembre
Vendredi 13 Septembre
Samedi 14 Septembre
Dimanche 15 Septembre
Aujourd'hui
Mardi 17 Septembre
Mercredi 18 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    Couleurs sur peaux noires: la fin d'un diktat dans l'univers du tatouage?

    media Gael Rapon et son tatouage réalisé par Katie Mcpayne au salon de tatouage Yoso Gael Rapon

    De celui que l’on arbore fièrement de retour de voyage, à celui que l’on a mûrement réfléchi, le tatouage peut se décliner en une multitude de couleurs. Mais face à autant de choix, sommes-nous tous égaux dans l’univers du tatouage ?

    D’après le dernier rapport Ifop réalisé en 2018, 18% des Français majeurs sont ou ont déjà été tatoués. Un nombre en progression puisqu’en 2016, 14% des personnes interrogées étaient concernées.

    Malgré cet engouement, les comptes Instagram de certains salons font la part belle à la peau claire, entendez blanche. Le manque de diversité interpelle, comme si les personnes noires ne se tatouaient pas.

    « On déconseille fortement les tatouages de couleurs sur les peaux foncées. On dit la vérité », assume un tatoueur dans l’un des salons les plus réputés de Paris. Ainsi, certains établissements ne cachent pas leur réticence à tatouer une personne noire avec des encres de couleurs. Pour leurs gérants, les peaux noires « cicatrisent mal et les tatouages ne vieillissent pas bien ».

    La cause : ces peaux seraient plus épaisses et plus sensibles. Les encres de couleurs se verraient mieux sur les peaux blanches et certains tatoueurs privilégieraient le noir et le gris pour des carnations plus foncées.

    L'injonction des encres sombres

    Il a fallu du temps à Gael Rapon, photographe, avant d'avoir des tatouages aux couleurs vives sur son corps. « Pendant plusieurs années, j'ai demandé à des tatoueurs parisiens si je pouvais me faire tatouer à l'encre de couleur. La réponse a souvent été non. [....] Parfois sans m'expliquer pourquoi, sans me proposer autre chose. La seule raison qui m'était donnée était que les encres de couleurs ne marchaient pas sur les Noirs », confie le photographe.

    Pourtant, pour le Syndicat national des artistes tatoueurs (Snat), « il n’existe aucune recommandation pour l’usage d’encres de couleurs en fonction du type de peau. La cicatrisation et le vieillissement des tatouages ne présentent pas de spécificité particulière sur les peaux claires ou foncées à notre connaissance. »

    Idées reçues sur les peaux

    D’où viennent alors ces idées reçues sur la cicatrisation des peaux noires ? Marie Jourdan, dermatologue et spécialisée dans le détatouage (opération consistant à retirer un tatouage), explique que « l’épaisseur de la peau est la même, quelle que soit sa couleur ». 

    « À certains endroits du corps, dit-elle, il peut y avoir plus de couches cellulaires, ce qui peut donner l’impression d’une peau plus dense et plus ferme, mais en réalité elle n'est pas plus épaisse. »

    C’est la forte quantité de mélanine foncée présente chez les personnes métisses et noires qui remonte davantage à la surface de la peau en comparaison avec une peau blanche.

    « Mais cela ne rend pas la peau forcément plus sensible et plus sujette au gonflement. Cela fait plus référence à la perception que l’on a de soi-même et tient surtout d'idées reçues », précise la dermatologue.

    L’évolution de l’art du tatouage

    Dans le salon de tatouage Yoso, dans le XIXe arrondissement de Paris, l’esprit est à la collaboration dans une structure qui mêle tatouage, galerie et librairie d’art.

    Pour l’une de ses fondatrices, Caroline Lorme, « il faut adapter la technique qui va être la plus pertinente pour avoir un beau résultat au niveau de la peau. Mais on ne met pas les personnes dans des cases en leur interdisant des choses. »

    Pour ce qui est des encres de couleurs, Clumsyhanz, l’un des tatoueurs du salon depuis trois ans, admet que « certains clients me disent parfois qu’un tatoueur n’a pas voulu les tatouer ou qu’on les a refusés parce qu’ils avaient la peau trop foncée ».

    Dans ce salon, comme dans d’autres qui fleurissent un peu partout en France, la bienveillance et la communication sont essentielles : « Il faut savoir que la peau noire n’accepte pas toutes les couleurs malheureusement », selon Clumsyhanz.

    « Mais cette information, il faut prendre le temps de l'inculquer aux clients qui ont des carnations un peu plus foncées. Étant moi-même noir, il y a des couleurs que je ne mettrais pas sur moi, car je sais que ça ne va pas forcément bien ressortir », précise-t-il.

    Pour Karine Grenouille, secrétaire de la Snat, « si un tatoueur adapte sa technique selon la peau à tatouer [type qui varie également en fonction de l'âge de la personne par exemple, ou de l'emplacement sur le corps notamment, ndlr], il n'existe pas de méthode pour s'adapter à la carnation de la peau. Les couleurs se voient simplement moins bien sur les peaux foncées. »

    Les encres de tatouage ont néanmoins connu une évolution quant à leur qualité. Le noir et les couleurs se voient mieux sur les peaux, même si « sur une peau noire, le blanc peut devenir ocre et le rouge peut devenir bordeaux avec le temps », rappelle Clumsyhanz.

    Salons bienveillants et tatouages inclusifs

    À Bordeaux, au salon de tatouage Sibylles, on a balayé toutes ces questions dès l'ouverture. La gérante Charlee souhaitait vraiment « un salon de tatouage bienveillant et féministe, où la cliente peut se faire tatouer en toute sécurité ». C'est ce qui fait la force de ce lieu, qui accueille des tatoueurs qui osent la couleur sur les peaux noires.

    Les tatoueuses Katie Mcpayne et Chimaera, qui officient parfois au salon, prônent ainsi l’inclusion et l'utilisation des encres de couleurs, quelle que soit la couleur de peau. Les clients peuvent d'ailleurs avoir un test de couleur pour voir le rendu final.

    « Katie Mcpayne est la première personne à qui j'ai osé redemander un tatouage de couleur et elle m'a d'abord fait un test pour voir celles qui ressortaient le plus sur ma peau. On a testé beaucoup de couleurs : violet, rose, vert, et même de l’orange », raconte Gael Rapon.

    Pour ces artistes, il est aussi primordial de combler le manque de représentation des personnes tatouées à la peau foncée, notamment sur les réseaux sociaux. C’est le travail opéré par « Ink the diaspora », une page Instagram créée par l’Américaine Tann Parker qui publie seulement des personnes tatouées à la peau métisse et noire comme autant de nouveaux modèles auxquels on puisse se référer.

    L’évolution des représentations se fait aussi dans les dessins que proposent les tatoueurs, avec des personnages aux physiques variés. Pour Clumsyhanz, « là il y a un revirement depuis quelques années où la communauté noire essaye de trouver artistiquement, dans le tatouage, des choses qui lui correspondent plus et qui sont très intéressantes. »

    Dans son ouvrage, Signes d’identité. Tatouages, piercings et autres marques corporelles, l’anthropologue et sociologue français David Le Breton explique que le tatouage est devenu une pratique plus esthétique et artistique depuis son émergence dans les années 1980.

    « La trace sur la peau a valeur de décoration, elle traduit une volonté d'esthétisation de la relation à soi. Elle affiche l'indépendance de l'individu face au social, sa volonté claire de faire de lui ce qu'il entend. »

    À son origine, le tatouage était surtout un art marginalisé. Maintenant, avec sa démocratisation et sa forte popularité, il doit être plus inclusif. Pour David Le Breton, les tatouages « renvoient alors dans leur usage à une volonté de changer durablement la définition intime et surtout sociale de soi ».

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.