GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 8 Novembre
Samedi 9 Novembre
Dimanche 10 Novembre
Lundi 11 Novembre
Aujourd'hui
Mercredi 13 Novembre
Jeudi 14 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    L'ex-directrice de cabinet de François de Rugy règle ses comptes

    media Le ministre de la Transition écologique François de Rugy, ici le 11 juillet 2019. GEORGES GOBET / AFP

    Virée par François de Rugy parce qu'elle occupait un logement social à Paris sans y habiter, son ex-directrice de cabinet Nicole Klein contre-attaque dans les colonnes du journal Ouest-France ce vendredi 12 juillet.

    C'est une femme blessée qui se livre dans les pages de Ouest-France. A 67 ans, l'ancienne préfète aux états de service impeccables s'est retrouvée emportée par l'affaire de Rugy. Mediapart a révélé mercredi que Nicole Klein occupait un logement HLM à Paris de 2006 à 2018 alors qu'elle n'habitait plus la capitale.

    Un « journaliste de Mediapart s’est présenté sans prévenir devant ma porte à 21 heures lundi soir et m’a laissé un peu plus de 24 heures pour répondre à ses questions », raconte-t-elle ce vendredi au quotidien régional. Dans les colonnes du journal, elle se défend, explique qu'elle passait ses week-ends et ses vacances dans ce HLM, au gré de ses mutations.

    Nicole Klein est amère et en colère quand elle évoque son ancien patron François de Rugy et son départ : virée par téléphone en cinq minutes. Elle l'accable. « Il a voulu sauver sa tête en offrant la mienne (...) La manière dont il m’a congédiée suffit » à expliquer l'homme qu'il est.

    Comment Rugy va rendre des comptes

    Ce témoignage ne va pas améliorer l'image du ministre de la Transition écologique François de Rugy, ciblé depuis mercredi par une série d'enquêtes de Mediapart : une première concernant des dîners fastueux lorsqu'il était président de l'Assemblée nationale, une deuxième sur des travaux réalisés dans son logement de fonction pour un montant de 63 000 euros, une troisième au sujet d'un appartement à loyer réduit qu'il loue près de Nantes depuis 2016.

    Hier, François de Rugy a dû écourter une visite dans les Deux-Sèvres pour répondre à une convocation du Premier ministre Édouard Philippe à Matignon. Lors de cette réunion, le ministre s'est engagé à justifier ses frais de représentation et la facture de rénovation de son appartement de fonction, et à rembourser « chaque euro contesté ».

    Concernant la rénovation, Matignon va vérifier que les dépenses sont justifiées et que les règles ont bien été respectées. L'inspection a débuté ce vendredi, elle va durer une semaine. Les frais de représentation vont quant à eux être épluchés par le secrétaire général de l'Assemblée nationale. En tant que président de l'Assemblée, François de Rugy disposait d'environ 450 000 euros par an pour recevoir des invités, à condition qu'il s'agisse de repas de travail. C'est ce point précis que l'enquête va devoir éclaircir.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.