GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 17 Juillet
Jeudi 18 Juillet
Vendredi 19 Juillet
Samedi 20 Juillet
Aujourd'hui
Lundi 22 Juillet
Mardi 23 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    À Paris, le Panthéon brièvement occupé par des centaines de sans-papiers

    media Manifestation de soutien aux travailleurs sans-papiers devant le Panthéon, le 12 juillet 2019. REUTERS/Philippe Wojazer

    Plusieurs centaines de travailleurs sans-papiers ont occupé le Panthéon, en plein cœur de Paris, ce vendredi 12 juillet, pour réclamer leur régularisation et un rendez-vous avec le Premier ministre.

    À l'initiative des collectifs Droits devant et Gilets noirs, quelque 700 sans-papiers et leurs soutiens ont brièvement occupé le Panthéon ce vendredi après-midi. L'imposant monument, où sont inhumés de grands personnages du pays, a été évacué dans le calme et les occupants ont patienté à l'arrière du bâtiment, encadrés par les forces de l'ordre.

    La plupart d'entre eux travaillent ou ont travaillé pendant plusieurs années en situation irrégulière. C'est le cas d'Omar. « Je suis arrivé en France 1999, j'ai été régularisé il y a à peine un mois. Je suis resté 20 ans sans papiers. Imaginez ce que cela fait ». Si tous ces travailleurs attendent si longtemps, c'est parce qu'ils ont besoin de fiches de paie qui prouvent qu'ils occupent un emploi afin de pouvoir être régularisés. Une situation ubuesque. « Pour avoir des fiches de paie, il faut avoir des papiers », remarque Meryem, qui travaille en France depuis près de huit ans.

    Car il est rare que les patrons respectent leur obligation de fournir ces justificatifs. « Ils profitent de la situation. Ils ne donnent ni fiche de paie ni contrat pour ne pas avoir à payer l'Urssaf. Ils préfèrent employer des gens au noir, sans papiers et pouvoir ainsi les dégager lorsqu'ils ne veulent plus d'eux », dénonce Mohammed, qui a été travailleur sans-papiers pendant près de 15 ans.

    Les forces de l'ordre ont chargé et tiré des grenades lacrymogènes pour repousser les soutiens et migrants les plus véhéments. Trente-sept personnes ont été interpellées « suite à des vérifications d'identité », a appris l'AFP de source policière. « La France est un État de droit, dans tout ce que cela implique : respect des règles qui s'appliquent au droit au séjour, respect des monuments publics et de la mémoire qu'ils représentent », a réagi sur Twitter le Premier ministre Édouard Philippe, avec qui les manifestants souhaitaient obtenir un rendez-vous.

    Il y a un mois, les « gilets noirs » avaient déjà occupé le siège d'une entreprise en Île-de-France pour dénoncer le recours aux salariés sans papiers non déclarés. En mai, ils avaient également occupé un terminal de l'aéroport Roissy-Charles-de-Gaulle contre « la collaboration d'Air France » dans les expulsions.

    Si on fait le travail, il faut des fiches de paie. Ça c'est une obligation. Ils ne doivent même pas réfléchir deux fois pour faire les fiches de paie. En plus, quand on va en préfecture, on nous demande des fiches de paie. Un sans papiers, on lui demande des fiches de paie. Les patrons sont obligés de faire des fiches de paie pour les sans-papiers. Ils ne le font pas parce qu'ils vont payer des taxes, ils vont payer des droits

    Après 20 ans sur le territoire français, Omar a obtenu ses papiers le mois dernier. Il exige que le gouvernement force les patrons des travailleurs sans papiers à leur fournir des fiches de paie 13/07/2019 - par Léa Boutin-Rivière Écouter
    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.