GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 14 Août
Jeudi 15 Août
Vendredi 16 Août
Samedi 17 Août
Aujourd'hui
Lundi 19 Août
Mardi 20 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    France: que va faire le gouvernement après la polémique de Rugy?

    media Le Premier ministre français Édouard Philippe lors d'une session de questions au gouvernement, à l'Assemblée nationale à Paris, le 16 juillet 2019. Bertrand GUAY / AFP

    Les conclusions des enquêtes sur le train de vie de François de Rugy seront rendues publiques mardi 23 juillet, mais selon les résultats déjà sortis dans la presse l'ex-ministre n'aurait pas abusé des homards avec ses amis à l'Assemblée et la rénovation de son appartement de fonction respectait les règles. Rien d'illégal n’a été repéré, mais le gouvernement pourrait quand même modifier les règles.

    Le dressing à 17 mille euros était justifié, les fastueux dîners étaient d'ordre « professionnel » et non pas privé : selon Le Parisien et le Journal du Dimanche, François de Rugy semble être mis hors de cause par les enquêtes menées par les services de l'Assemblée nationale et par le gouvernement.

    Rien d'illégal, un ministre déjà remplacé et la trêve estivale qui approche. La casse est donc limitée pour l'exécutif, mais l'Élysée et Matignon pourraient ne pas en rester là. D'abord parce que le gouvernement veut montrer aux Français qu'il prend la polémique au sérieux. Et puis il faut aussi répondre à l'opposition qui dénonce des investigations partiales.

    Le Premier ministre devrait donc profiter de la publication de ces enquêtes internes pour clarifier les règles. Pas de grande réforme en prévision. Édouard Philippe pourrait simplement « préciser » la circulaire qu'il avait écrite à son arrivée en mai 2017. À l'époque, il appelait ses ministres à « l'exemplarité ». Aujourd'hui, le texte apparaît insuffisant.

    Même démarche à l'Assemblée où, là aussi, Richard Ferrand n'exclut pas de modifier l'encadrement des dépenses du président de l’hémicycle.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.