GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 9 Novembre
Dimanche 10 Novembre
Lundi 11 Novembre
Mardi 12 Novembre
Aujourd'hui
Jeudi 14 Novembre
Vendredi 15 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    Mort de Steve Maia Caniço: Édouard Philippe en première ligne

    media Le chef du gouvernement Edouard Philippe et le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner, le 30 juillet 2019 à Paris. Lionel BONAVENTURE / AFP

    L'affaire sur la mort de Steve Maia Caniço, tombé dans la Loire le soir de la Fête de la musique, devient de plus en plus politique avec un ministre de l'Intérieur affaibli.

    Preuve qu'elle inquiète au plus haut point, c'est désormais au sommet de l'État que l'affaire sur la mort de Steve est suivie. Le président Emmanuel Macron fait savoir qu'il suit le dossier depuis son lieu de vacances à Brégançon. À Paris, le ministre de l'Intérieur a été relégué sur le banc de touche ; c'est désormais le chef du gouvernement Édouard Philippe qui est en première ligne.

    Avec à ses côtés un Christophe Castaner silencieux, c'est lui qui a dévoilé le rapport de l'Inspection générale de la police nationale (IGPN) qui dédouane les forces de l'ordre, dont l'intervention pour faire cesser le concert auquel participait Steve Maia Caniço le soir du 21 juin à Nantes est largement controversée. Et c'est encore Édouard Philippe qui, ce matin, a tenu à accompagner le ministre de l'Intérieur lors d'un déplacement à Palaiseau.

    Une marque de soutien. « Le ministre n'est pas fragilisé », a déclaré Édouard Philippe « j'ai pleinement confiance en lui ». « Ce que nous souhaitons, c'est que la transparence soit faite, que les faits soient établis et que les responsabilités soient tirées », a insisté le Premier ministre. Cette reprise en main du dossier par Matignon démontre cependant que Christophe Castaner reste dans une position inconfortable.

    Cible des critiques pour sa gestion du mouvement des « gilets jaunes » et pour plusieurs maladresses, il est désormais sous la protection du chef du gouvernement alors que certaines voix à gauche recommencent à demander sa démission.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.