GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 13 Août
Mercredi 14 Août
Jeudi 15 Août
Vendredi 16 Août
Aujourd'hui
Dimanche 18 Août
Lundi 19 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    Demandeurs d’asile: la mise en service de la nouvelle carte ADA reportée

    media L'ADA est actuellement versée à 151—000 personnes en France (photo d'illustration). CHARLY TRIBALLEAU / AFP

    Ce lundi, l’Office français de l'immigration et de l'intégration (OFII) a repoussé au 5 novembre l'entrée en vigueur d'une réforme de la carte bancaire des demandeurs d'asile. Celle-ci a suscité une controverse par les acteurs sociaux qui y voient un moyen de « pourrir la vie » des nouveaux arrivants.

    L'organisme, sous la tutelle du ministère de l'Intérieur, a annoncé ce lundi à l'AFP avoir décalé au 5 novembre, soit de deux mois, la mise en place de la réforme, et donné « un délai supplémentaire aux opérateurs [...] pour qu'ils puissent équiper toutes les structures en terminal de paiement ».

    Annoncée au creux de l'été, le 23 juillet, par un courriel aux gestionnaires d'établissements d'accueil de migrants, la modification devait être une simple manipulation technique : la carte, sur laquelle est versée chaque mois l'Allocation pour demandeurs d'asile (ADA), allait passer le 5 septembre - la date initialement prévue - d'un moyen de retrait d'argent liquide à une carte uniquement de paiement, sans que le montant de l'ADA ne change.

    Lire aussi : Sept questions sur les réfugiés: qui ils sont, d’où ils viennent, où ils vont

    Le milieu associatif et les établissements concernés, eux, y ont immédiatement perçu une manœuvre politique visant à décourager le recours à cette aide versée actuellement à 151 000 personnes, pour environ 42 millions d'euros mensuels, ainsi qu'une mesure qui va à l'encontre des besoins des demandeurs d'asile.

    Fin juillet, les associations, qui regrettent l'absence de concertation, ont dénoncé le nouveau fonctionnement avec 25 paiements mensuels autorisés (et 50 centimes par paiement facturés au-delà) risque de priver les utilisateurs de liquidités pour « les actes de la vie quotidienne », comme l'achat d'une baguette en boulangerie ou l'accès aux laveries.

    Du côté de l'OFII, on avance des raisons pragmatiques : « Les demandeurs d'asile sont en difficulté quand il leur reste moins de 10 euros sur la carte, car ils ne peuvent plus retirer. Or, pour certains, 9 euros ce n'est pas négligeable, ça peut faire 5% de l'allocation », a rétorqué Didier Leschi, le directeur de l'organisme.

    200 euros pour un célibataire

    Allouée uniquement pendant la procédure, seule aide perçue par les demandeurs d'asile, peut aller d'environ 7 euros par jour, soit quelque 200 euros par mois pour un célibataire, à plus de 400 euros pour un couple avec enfants.

    A cette difficulté, poursuit Didier Leschi, il faut ajouter le fait que la « manipulation d'argent liquide peut générer du racket ».

    Depuis l'annonce de la réforme de la carte bancaire, la pression pour que l'OFII fasse machine arrière ne s'est pas relâchée.

    (avec AFP)

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.