GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 13 Septembre
Samedi 14 Septembre
Dimanche 15 Septembre
Lundi 16 Septembre
Aujourd'hui
Mercredi 18 Septembre
Jeudi 19 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    France: Banksy devient un filon lucratif pour les exposants à Paris

    media  
    Une reproduction de la colombe à l'armure fait partie de l'exposition "The World of Banksy" à l’espace Drouot Lafayette à Paris. THOMAS COEX / AFP

    Peintre au nom mondialement connu, Banksy demeure anonyme. Le street artist le plus célèbre de son époque dénonce les travers d’une société malade dans des œuvres qui habillent les murs du monde entier. Si les spéculations sur son identité vont bon train, l’attrait que suscite son nom est une veine pour de nombreux exposants.

    À l’espace Drouot Lafayette, à Paris, « The World of Banksy » devient accessible pour 14 euros. L'exposition immersive est censée plonger le spectateur au cœur de l’art du street artist. Sur un haut mur couleur ocre se trouvent la petite fille au ballon, la colombe en armure, mais encore le lanceur de fleurs, des œuvres iconiques signées du mystérieux Banksy, bercées par le ronronnement des hélicoptères.

    Quarante copies des œuvres de Banksy

    « Ce qui est décevant, c’est que ce n’est pas vraiment ses œuvres. Ce sont des reproductions. Après, je la trouve très, très bien faite », souligne une visiteuse, fine connaisseuse de l'artiste.

    Ces messages de paix qui ornent le mur de Bethléem, symbole du conflit israélo-palestinien, sont reproduits à l’identique dans la salle parisienne. Elle propose une immersion dans les œuvres les plus emblématiques de l’artiste. Quarante reproductions ponctuent le parcours.

    « On ne peut pas avoir les originales. Elles ont toutes, soit été vandalisées, soit été supprimées pour certaines. On ne peut pas faire autrement que de faire des copies. Et surtout des œuvres qui physiquement sont dans le monde entier, pour celles qui existent encore. Donc même si quelqu’un veut les voir, il devrait faire San Francisco, Paris, Londres... le tour du monde ! », détaille Hazis Vardar, commissaire de l’exposition.

    Banksy, qui dénonce la société de consommation et ses dérives, est devenu un filon lucratif. À Paris, 500 curieux se pressent chaque jour pour plonger dans son monde provocant et poétique, tandis que sur le marché de l’art, ses œuvres s’envolent ou sont découpées in situ pour être revendues sous le manteau.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.