GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 17 Septembre
Mercredi 18 Septembre
Jeudi 19 Septembre
Vendredi 20 Septembre
Aujourd'hui
Dimanche 22 Septembre
Lundi 23 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Irak: une attaque fait 12 morts dans la ville sainte chiite de Kerbala (sécurité)
    • Yémen: les rebelles annoncent vouloir arrêter toutes les attaques contre l'Arabie (dirigeant insurgé)
    • Affaire Karachi: le parquet demande un procès pour Balladur et Léotard (source judiciaire)
    • Respect de la vie privée: Facebook suspend des dizaines de milliers d'applications
    France

    G7 de Biarritz: dispositifs sécuritaire et judiciaire hors norme

    media Christophe Castaner, accompagné par son secrétaire d'État Laurent Nunez (à gauche) et du directeur général de la police nationale Éric Morvan (2e gauche), écoute le préfet des Pyrénées-Atlantique Éric Spitz, le 20 août 2019, à Biarritz. IROZ GAIZKA / AFP

    Ce sont des dispositifs sécuritaire, mais aussi judiciaire peu habituels qui sont annoncés autour de la région de Biarritz pour la bonne tenue du G7, qui se tient du 24 au 26 août.

    Tous les corps de l'État assureront la sécurité de Biarritz et de ses alentours. Au total, 13 200 policiers et gendarmes seront mobilisés ainsi que les forces militaires aériennes et maritimes. Un dispositif de sécurité mis en place conjointement avec les autorités espagnoles, comme le précise Christophe Castaner, ministre de l'Intérieur.

    « Cette coopération étroite avec nos voisins espagnols se traduit par des effectifs de la police autonome basque, de la Garde civile, de la police nationale espagnole en nombre particulièrement, qui seront ainsi déployés pour assurer la sécurité publique sur le territoire espagnol et le contrôle de nos frontières. Mais aussi en coopération, notamment en matière de renseignements, avec les autorités françaises », a déclaré à la presse Christophe Castaner, en déplacement à Biarritz.

    Castaner insiste sur la «coopération exceptionnelle»

    Une coopération nécessaire, selon Christophe Castaner, il souhaite limiter les débordements et les rassemblements violents, notamment dans le cadre du contre-G7 prévu à Hendaye, à quelques kilomètres de Biarritz. « Il doit pouvoir se tenir librement, dans de bonnes conditions de sécurité et dans le respect de l'ordre public. Nous ne tolérerons aucun débordement. notre objectif a pour but de permettre la dispersion immédiate des attroupements et l'interpellation rapide des fauteurs de troubles. »

    Les autorités craignent la présence de groupes violents. Pour y remédier, un large périmètre de sécurité a également été appliqué autour et dans la ville de Biarritz. Par ailleurs, cinq personnes ont déjà été interpellées, soupçonnées d'avoir lancé un appel à attaquer des gendarmes, dont quatre ont été remises en liberté mardi à la mi-journée.

    Les autorités pronostiquent 400 gardes à vue par jour

    En aval, sur le plan judiciaire, le dispositif est lui aussi exceptionnel. Magistrats, avocats, infrastructures nécessaires pour accueillir les personnes jugées. C'est une véritable « cité éphémère de la justice » qui sort de terre.

    Du côté des avocats d'abord. L'effectif de la permanence pénale du département des Pyrénées-Atlantiques va être multiplié par dix pour faire face à d'éventuels débordements. En effet, le barreau de Bayonne, qui fonctionne habituellement avec huit avocats d'astreinte, va passer à 70 le temps du week-end du G7. Il en est de même du côté des magistrats avec des renforts de prévus.

    Les professionnels de la justice ont ainsi anticipé la possible venue de black blocks, de « gilets jaunes » ou encore de nationalistes basques. Un dortoir sommaire ainsi qu'une douche ont été mis en place dans la maison des avocats de Bayonne. Et des préfabriqués ont été installés derrière le palais de justice pour accueillir les gardés à vue.

    Les personnels mobilisés ont également reçu une formation spéciale sur les nouvelles règles d'interdiction administrative de manifester.

    Des procureurs et des greffiers des tribunaux voisins ont été mis à contribution pour faire face à ces risques. Durant toute la période du G7, les autorités attendent jusqu'à 400 gardes à vue par jour.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.