GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 15 Septembre
Lundi 16 Septembre
Mardi 17 Septembre
Mercredi 18 Septembre
Aujourd'hui
Vendredi 20 Septembre
Samedi 21 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    Coups de feu et agressions à la fin du tournage d’un clip de Booba

    media Sur le tournage de son clip «Glaive», l'équipe de tournage de Booba s'est fait agressé par une quinzaine de personnes armés de battes de base-ball et d'armes à feu. AFP Photos/GUILLAUME BAPTISTE

    Une quinzaine de personnes munies de battes de base-ball et d'armes à feu ont surgi sur le tournage du clip du morceau « Glaive » de Booba à Aulnay-sous-Bois vers minuit mardi, faisant plusieurs blessés, d'après une information d’Europe 1 confirmée par l’Agence France-Presse.

    L'équipe technique était en train de ranger le matériel. Soudain, une quinzaine de personnes arrive en voiture sur les lieux du tournage : un entrepôt désaffecté d'Aulnay-sous-Bois. C'est alors que plusieurs individus sortent des véhicules et tirent sur l'un des membres de l'équipe de Booba. Blessé à la cuisse par quatre impacts de balles, il sera pris en charge par les secours puis emmené à l'hôpital actuellement ses jours ne sont plus en danger.

    Le réalisateur du clip et un technicien ont également été blessés après avoir été frappés à coups de pieds, de poings et de battes de base-ball, a indiqué une source policière. Le parquet de Bobigny a ouvert une enquête.

    Il est encore tôt pour connaître les responsables de cette action violente. Booba avait déjà quitté les lieux aux moments des faits. Dans une vidéo postée mercredi matin sur son compte Instagram, il insinue que ce serait Armand à l'origine de cette fusillade. Armand qui n'est autre que le véritable prénom de son rival de toujours Kaaris.

    Booba, roi des « clash »

    Booba est un habitué des « clash » avec d'autres stars du rap. En août 2018, une rixe avait éclaté en plein aéroport d'Orly avec son rival Kaaris, sous les yeux des passagers ébahis. Les deux stars avaient été condamnées à 18 mois de prison avec sursis et 50 000 euros d'amende pour cette bagarre médiatisée.

    Frères ennemis du rap français après avoir été proches, Élie Yaffa dit Booba, 42 ans, « le duc de Boulogne » qui a écoulé plus de 2 millions de disques en neuf albums et cinq mixtapes depuis 2002, et Armand Gnakouri Okou, alias Kaaris, 39 ans, n'ont pas cessé depuis la bagarre d'Orly de se lancer des piques, dans la tradition du clash.

    ►À lire aussi : De la rixe au ring, Booba et Kaaris veulent s'affronter dans un match de boxe

    Les deux frères ennemis du rap français s'étaient ensuite donné rendez-vous en Suisse pour un combat d'arts martiaux mixtes censé régler leur différend. Un promoteur suisse avait même annoncé fin mars un contrat d' « 1 million et demi d'euros pour le gagnant et de 500 000 euros pour le perdant ». Mais les autorités ont annoncé le 16 août avoir retiré l'autorisation initialement donnée pour le combat.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.