GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 17 Novembre
Lundi 18 Novembre
Mardi 19 Novembre
Mercredi 20 Novembre
Aujourd'hui
Vendredi 22 Novembre
Samedi 23 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    L'Iran, invité de dernière minute du G7

    media L'avion du ministre iranien des Affaires étrangères s'est posé dimanche après-midi 25 août à l'aéroport de Biarritz. REUTERS/Regis Duvignau

    L'avion du ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, s'est posé ce dimanche après-midi à Biarritz. Une visite coup de théâtre qui vient bousculer le sommet du G7. Selon Téhéran, le ministre s'est rendu sur place pour continuer de discuter avec la partie française des moyens de sortir de la crise sur le nucléaire iranien.

    La venue de Mohammad Javad Zarif ne figurait pas au programme officiel des chefs d'État réunis à Biarritz ce week-end. Le dossier iranien était néanmoins l'un des trois sujets phares du dîner de samedi des leaders du G7, où le président français estimait avoir convaincu ses collègues, y compris Donald Trump, d'afficher un front uni.

    L'arrivée surprise ce dimanche de Javad Zarif en plein sommet du G7 devrait notamment permettre de « faire le point sur les conditions auxquelles nous pouvons avoir une désescalade et une pause » a annoncé l'Élysée. Dès son arrivée sur le sol français, Javad Zarif s'est entretenu avec son homologue français, Jean-Yves Le Drian.

    Une visite à l'initiative de Paris

    Le chef de la diplomatie iranienne ne rencontrera ni Donald Trump ni aucun autre officiel de la délégation américaine a précisé la présidence française, en indiquant que cette visite avait lieu à l'initiative de Paris et non du G7. Mohammad Javad Zarif avait été reçu vendredi à l'Élysée par Emmanuel Macron en amont du sommet.

    Les Iraniens ont cessé en juillet de respecter certains engagements de l'accord de Vienne encadrant leur programme nucléaire, en réaction à la sortie en mai 2018 des États-Unis du texte et à la réintroduction de lourdes sanctions américanes. Ce dimanche matin, le président français, qui essaie de convaincre Washington d'alléger les sanctions sur le pétrole iranien en échange d'un retour de Téhéran à ses engagements, avait cru pouvoir annoncer l'accord des Sept -- Donald Trump compris -- pour parler à l'Iran d'une même voix.

    « Nous nous sommes mis d'accord sur ce qu'on va dire sur l'Iran. Il y a un message du G7 sur nos objectifs, et le fait qu'on les partage évite les divisions », avait assuré Emmanuel Macron. « Nous avons acté d'une communication commune et d'une décision d'action qui permet de réconcilier un peu les positions », a-t-il ajouté. Mais deux heures plus tard, Donald Trump jetait un pavé dans la mare en lançant lapidairement : « Je n'ai pas discuté de cela. »

    La visite surprise du ministre iranien des Affaires étrangères est à l’initiative de la France, mais en toute transparence avec les États-Unis, dit-on à l’Elysée. D'après un responsable de la délégation américaine, cité par l'agence Reuters, la venue de Mohammad Javad Zarif « fut une surprise. » Pour Emmanuel Macron, ne pas heurter ses partenaires ne doit pas empêcher de marquer des points.


    ► Discussions « positives » selon l'Élysée

    « Le chemin est difficile mais cela vaut la peine d'essayer » a tweeté Mohammad Javad Zarif en début de soirée, publiant aussi deux photos de la rencontre avec le président français et son chef de la diplomatie. De son côté, l'Élysée a fait savoir que les discussions avec Zarif sont « positives » et « vont se poursuivre ».

    La rencontre a duré environ trois heures, d'abord avec le ministre des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian, puis avec le président Emmanuel Macron pendant une demi-heure, à la mairie de Biarritz. De source diplomatique, le ministre iranien des Affaires étrangères a ensuite quitté Biarritz. Des conseillers diplomatiques allemands et britanniques ont été associés aux entretiens, a précisé la présidence, ajoutant que cette venue de Mohammad Javad Zarif s'était faite « en accord » avec les États-Unis, farouchement opposés au gouvernement de Téhéran. « Tout s'est joué en quelques heures. Dès que cela a été possible, nous avons informé les pays européens et les Américains. Ils ont été associés », a ajouté la présidence. Donald Trump, présent à Biarritz, a été informé en personne par Emmanuel Macron.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.