GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 12 Septembre
Vendredi 13 Septembre
Samedi 14 Septembre
Dimanche 15 Septembre
Aujourd'hui
Mardi 17 Septembre
Mercredi 18 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Au G7, le retour de la relation spéciale entre Grande-Bretagne et États-Unis?

    media Boris Johnson (g.) et Donald Trump (dr.) lors d'une rencontre bilatérale au G7 de Biarritz, le 25 août 2019. Erin Schaff/Pool via REUTERS

    Donald Trump et Boris Johnson se sont rencontrés ce dimanche matin 25 août 2019 en marge du G7 de Biarritz. Et cela, pour la première fois depuis l'arrivée au pouvoir du Premier ministre britannique.

    Avec notre correspondante à Londres, Sophie Miller

    Un face-à-face entre Boris Johnson et Donald Trump tout sourire, le pouce levé, c’est la nouvelle image de la relation spéciale entre la Grande-Bretagne et les États-Unis. La presse britannique note le ton dithyrambique du président américain à l’égard du nouveau Premier ministre. Boris Johnson est « l’homme qu’il faut pour le job » sur le Brexit, déclare Donald Trump avant de promettre un brillant futur commercial entre les deux pays.

    Un « accord commercial fantastique »

    Donald Trump: « Nous allons conclure un accord commercial fantastique, le meilleur que nous n’ayons jamais eu avec le Royaume-Uni. Car maintenant ils n’auront plus d’obstacles, plus de boulet autour du pied, comme avant ». Si la perspective de cet accord commercial réjouit les brexiters, une autre partie des Britanniques, eux, s’inquiètent.

    L’un des grands sujets de préoccupation, c’est le NHS, le système de santé public qui pourrait faire partie de ces négociations commerciales, comme l’a rappelé un député travailliste. Pour Barry Gardiner, « à cause de la réforme de la sécu des conservateurs n’importe quel service dans notre système de santé public est maintenant ouvert à la concurrence et donc potentiellement menacé par un accord commercial. »

    À lire aussi: Boris Johnson promet 2 milliards pour le NHS, une promesse de campagne du Brexit

    Autres craintes en Grande-Bretagne sur un tel accord, la dérégulation des normes encadrant la nourriture et l’environnement.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.