GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 16 Novembre
Dimanche 17 Novembre
Lundi 18 Novembre
Mardi 19 Novembre
Aujourd'hui
Jeudi 21 Novembre
Vendredi 22 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    G7: Trump prêt à rencontrer Rohani si les «circonstances» sont réunies

    media Les présidents américain et français Donald Trump et Emmanuel Macron lors de leur conférence de presse commune à la fin du sommet du G7 à Biarritz, le lundi 26 août 2019. REUTERS/Christian Hartmann

    Donald Trump et Emmanuel Macron ont affiché lundi une unité de vue, saluant chacun les avancées obtenues à l'issue du sommet de Biarritz. Sur la crise iranienne, la guerre commerciale, la taxation des géants du numérique, les deux hommes sont parvenus à dégager des positions communes.

    • Nucléaire iranien

    Emmanuel Macron a déclaré lundi 26 août que les discussions au G7 avaient créé « les conditions d'une rencontre et donc d'un accord » entre les présidents américain Donald Trump et iranien Hassan Rohani sur la crise du nucléaire iranien. Le président français a dit espérer que cette rencontre puisse s'organiser « dans les prochaines semaines ». « Rien n'est fait, les choses sont éminemment fragiles » a-t-il prévenu. Il a estimé que « le vrai changement » est que « le président Rohani s'est montré ouvert » lundi matin à une telle éventualité.

    Donald Trump pour sa part a déclaré que le G7 travaille à un accord de longue durée qui garantisse que l'Iran ne se dote ni de l'arme nucléaire ni de missiles balistiques. Il a assuré qu'il ne voulait pas un changement de régime en Iran, vanté le potentiel énorme de ce pays et confirmé être prêt à rencontrer le président Rohani « quand les circonstances seront réunies ». « Mais d’ici là ils doivent se montrer beau joueurs, a ajouté le président américain, vous comprenez ce que cela signifie… ils ne peuvent pas faire ce qu’ils prétendent car dans ce cas ils vont se heurter à une force extrême… Nous n’aurions pas le choix… »

    Ce mardi matin cependant, le président iranien Hassan Rohani demande aux Etats-Unis de « faire le premier pas en levant toutes les sanctions » contre son pays.

    • Taxe Gafa

    Selon Emmanuel Macron, la France a trouvé un « très bon accord » sur la taxe Gafa avec les États-Unis. Ce sujet était source de tensions entre les deux pays. Le G7 a convenu de « trouver un accord en 2020 dans le cadre de l'OCDE » concernant une taxe internationale sur les Gafa. Le jour où elle sera mise en place, la France « supprimera » sa propre taxe, a précisé le président français devant la presse. « Il y a des situations très injustes. Certains acteurs ne paient pas d'impôt. Ce n'est pas contre telle ou telle compagnie que la France veut mettre en place cette taxe mais régler le problème international », a-t-il ajouté.

    • Commerce mondial

    Le président Macron s'est dit déterminé à changer les règles du commerce international. Il a aussi précisé que les dirigeants du G7 se sont mis d'accord pour changer ces règles. Le président Macron a précisé que « l'organisation collective n'a pas été assez efficace pour régler les problèmes et protéger la propriété intellectuelle ».

    « Nous sommes attachés à ce qu'un accord commercial soit trouvé entre la Chine et les États-Unis, les choses bougent » a affirmé Emmanuel Macron. De son côté, le président Trump a déclaré que la Chine « n'a pas le choix » face à la pression américaine. « Je ne le formule pas comme une menace. Je ne pense pas qu'ils (les Chinois) aient le choix », a-t-il dit à Biarritz trois jours après l'annonce de nouvelles hausses mutuelles de droits de douane, qui inquiètent de plus en plus entreprises et marchés.

    Donald Trump neutralisé dans une « crêpe française à la flatterie »

    avec notre correspondant à san Francisco, Eric de Salve

    « Certes le sommet de Biarritz s’est achevé sur les mêmes désaccord que le précédent G7 sans résultats concrets, analyse une journaliste de la chaîne NBC à l’exception peut-être d’une avancée, dit-elle : les leaders mondiaux ont trouvé le moyen de gérer Donald Trump ». Pour certains commentateurs américains, un G7 qui se termine sans effusion du président américain représente en soi une avancée. Et selon les mots d’un éditorialiste de CNN, cela s’expliquerait par le « jeu de jambe diplomatique sophistiqué » du président français.

    Trump « est non seulement resté... mais a souri et serré la main de son hôte jusqu’à la fin » poursuit le journaliste américain, rappelant le scénario catastrophe de l’année dernière au Canada quand il avait claqué la porte avant la fin du sommet en lançant ouvertement la polémique sur Twitter avec le Premier ministre Trudeau.

    Cette année à Biarritz, Donald Trump a présenté un tout autre visage allant jusqu’à qualifier son hôte de « leader formidable » lors de la conférence de presse conjointe. Il faut dire que pour éviter un nouvel esclandre et rapprocher Trump de leurs vues contradictoires sur la guerre commerciale, le changement climatique, la Corée du Nord, la Russie ou encore l’Iran, les leaders mondiaux se sont employés -résume le New York Times- à dissimuler leurs différends dans une crêpe française à la flatterie, comme l’aime Donald Trump. qui promet d’organiser l’année prochaine le G7 dans l’un de ses clubs de Golf en Floride.


    Trump annonce qu'il pourrait inviter Poutine au G7 en 2020
    Donald Trump a annoncé qu'il pourrait inviter le président russe Vladimir Poutine au prochain sommet qui aura lieu en 2020 aux États-Unis malgré l'exclusion de la Russie en 2014. « Je pourrais certainement l'inviter », a déclaré le président américain, interrogé sur la présence de M. Poutine, après avoir plaidé pour la réintégration de la Russie (le G7 redeviendrait alors le G8) à laquelle s'opposent les pays européens. Il a précisé ne pas savoir si le président russe, qui « est un homme fier », accepterait l'invitation.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.