GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 17 Novembre
Lundi 18 Novembre
Mardi 19 Novembre
Mercredi 20 Novembre
Aujourd'hui
Vendredi 22 Novembre
Samedi 23 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Méditerranée: un ferry français de Corsica Linea sauve des migrants

    media Le navire «Mediterranee» de la compagnie de ferry Corsica Linea aborde le port de Marseille, dans le sud-est de la France, le 20 août 2019. Christophe SIMON / AFP

    On a appris ce lundi 2 septembre qu'un ferry de passagers français avait porté secours à des migrants à la dérive en mer Méditerranée. Cela s'est passé dans la nuit de dimanche à lundi. Une première pour la compagnie française Corsica Linea qui effectue des trajets entre la France et l'Afrique du Nord.

    Le Méditerranée, un ferry transportant 2 000 passagers, part dimanche d'Alger à destination de Marseille. Dans la nuit, il reçoit un appel de détresse : un petit bateau à moteur est à la dérive depuis plusieurs jours, apparemment en panne d'essence. Le ferry se déroute pour lui porter secours.

    Dix-huit migrants sont hissés à bord, ils sont originaires d'Afrique du Nord. Leur état de santé est relativement bon. On leur fournit de la nourriture et des lits pour se reposer. Ils sont ensuite transportés au port le plus proche, Alcudia, à Majorque.

    La porte-parole de la compagnie de ferry Corsica Linea, qui fournit ces informations, affirme que le personnel du Méditerranée n'a fait que son devoir en portant assistance à des personnes en danger en mer.

    Les migrants sont souvent secourus par des bateaux de commerces, des porte-conteneurs, des tankers ou bien des ONG.  Mais il est rare qu'ils soient sauvés par des navires transportant des passagers.

    À écouter aussi : Comment éviter l’errance des bateaux secourant des migrants en Méditerranée?


    ■ Un navire de l’ONG Lifeline saisi par l’Italie

    Malgré l'interdiction des autorités italiennes, un bateau avec une centaine de migrants à bord a pu accoster ce lundi au sud de la Sicile. Le navire humanitaire Eleonore de l'ONG allemande Lifeline a été immédiatement saisi par la police. Le navire était en mer depuis huit jours dans l'attente d'un port sûr pour débarquer ses passagers.

    «Le navire se trouve actuellement dans le port de Pozzallo. Il a été saisi. À présent, la police interroge le capitaine Klaus-Peter Reich. Quant aux migrants, ils ont été admis dans un centre d’accueil», affirmeAxel Steier, co-fondateur de l'ONG Lifeline.

    Le capitaine du navire a expliqué dans un tweet avoir été contraint de se diriger vers les côtes italiennes parce que la « situation à bord représentait un danger de mort » en raison d'une mauvaise météo et d'une mer agitée durant la nuit.

    « Le capitaine a agi de façon légale, souligne Axel Steier. Il s’agissait d’une situation d’urgence qui lui permettait donc d’accoster, mais il est toutefois menacé d’une amende d’un million d’euros et d’une peine de prison allant jusqu’à dix ans. Si le juge en décide ainsi, nous allons bien sûr nous défendre. Le bateau a traversé une tempête cette nuit, plusieurs passagers souffraient d’hypothermie, nous étions donc forcés d’accoster. La plupart des passagers sont originaires du Soudan, ils ont passé huit jours à bord de notre navire, après deux jours sur une embarcation de fortune qui était en train de couler lorsque nous sommes arrivés. Maintenant, tout le monde est rétabli et nous espérons qu’ils auront droit à une procédure d’asile équitable.»

    Un appel à dons pour un nouveau bateau

    « Quant à notre bateau saisi, cela prendra du temps et nous avons donc lancé un appel à dons pour acquérir un nouveau bateau qui pourra rapidement partir en mer. Il y a des gens qui risquent de se noyer. Si personne ne leur porte secours, ils mourront. C’est inadmissible. Nous sommes en Europe, ici, et nous défendons le droit de vivre », conclut Alex Steier.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.