GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 15 Septembre
Lundi 16 Septembre
Mardi 17 Septembre
Mercredi 18 Septembre
Aujourd'hui
Vendredi 20 Septembre
Samedi 21 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Vol et séquestration au château de Vaux-le-Vicomte, deux millions d'euros de préjudice (parquet)
    • Israël: Benyamin Netanyahu appelle son rival Benny Gantz à la formation d'un gouvernement d'union nationale
    • Accident de Fukushima: trois anciens dirigeants de Tepco acquittés par le tribunal
    France

    Violences conjugales: les premières mesures annoncées par le gouvernement

    media Le Premier ministre français Edouard Philippe (c) à l'issue du lancement d'un débat multipartite sur la violence domestique appelé Grenelle des violences conjugales, le 3 septembre 2019, à l'hôtel Matignon, à Paris. ERIC FEFERBERG / AFP

    En France, 101 femmes ont été assassinées depuis le 1er janvier 2019. 101 féminicides, meurtres conjugaux commis par les conjoints ou ex-conjoints de ces femmes. Pour faire face à cette violence, le gouvernement a lancé ce mardi 3 septembre son Grenelle des violences conjugales. Une table-ronde qui réunira jusqu'au 25 novembre services de l'État, magistrats, avocats, policiers ou encore associations et proches de victimes pour tenter d'enrayer le phénomène. Une première série de mesures pour venir en aide aux femmes a été annoncée par le Premier ministre Édouard Philippe, mais elles n’ont pas convaincu les associations féministes qui attendaient davantage.

    Lors du lancement du Grenelle des violences conjugales à Matignon, le chef du gouvernement a expliqué que 5 millions d'euros supplémentaires allaient être débloqués pour créer à partir du 1er janvier 2020 1 000 nouvelles places d'hébergement et de logement d'urgence pour les femmes qui souhaitent quitter leur domicile et un conjoint violent.

    Ces places, qui s'ajouteront aux quelque 5 000 existantes, se déclineront en 250 places « dans les centres d'hébergement d'urgence, pour assurer des mises en sécurité immédiates », et 750 places de « logement temporaire », pour des périodes comprises entre 6 mois et un an, a précisé le chef du gouvernement.

    À lire aussi : «Grenelle» sur les violences conjugales: les professionnels attendent des moyens

    Édouard Philippe a également annoncé la généralisation de la possibilité de déposer plainte à l'hôpital. « Quand une femme se rend aux urgences pour coups et blessures, c'est déjà suffisamment pénible. Si elle doit retourner chez elle avant de porter plainte, elle retrouvera son conjoint qui risque de la menacer », a précisé le chef du gouvernement. Cette possibilité sera généralisée « à partir du 25 novembre », date de la fin de ce Grenelle, a-t-il ajouté.

    Sur le plan judiciaire, il a annoncé que des « procureurs référents spécialisés » dans les violences conjugales seraient identifiés « dans les 172 tribunaux de France métropolitaine et d'Outre-Mer » et que des chambres d'urgence seraient expérimentées.

    « Nous expérimentons ces chambres d'urgence pour que les dossiers soient traités en 15 jours avec une meilleure articulation des différents acteurs judiciaires. La première expérimentation aura lieu à Créteil », a précisé le Premier ministre.

    Il a évoqué en outre une proposition de loi portée par le groupe LREM pour une mise en place effective du « bracelet électronique anti-rapprochement », y compris « avant toute condamnation » dans le cadre d'un contrôle judiciaire ou d'une ordonnance de protection, ou encore la suspension de l'autorité parentale pour les pères violents avec leur compagne.

    Moi, je résumerais çà : " On est venues, on a vu, on est déçues. " […] On espère que c’était simplement les annonces du lancement et on se dit " peut-être qu’ils vont réussir à se rattraper dans les semaines qui viennent " . Mais il y a plus de 100 femmes qui ont été assassinées depuis le début de l’année. On n’a pas le temps d’attendre 2020 pour faire des audits et 2021 pour mettre en place des mesures.

    Réactions des associations féministes

    Marie Casadebaig

    03/09/2019 - par RFI Écouter

    À lire aussi : [INFOGRAPHIE] Violences conjugales: un féminicide tous les trois jours en France

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.