GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 12 Septembre
Vendredi 13 Septembre
Samedi 14 Septembre
Dimanche 15 Septembre
Aujourd'hui
Mardi 17 Septembre
Mercredi 18 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    Achat de votes à Corbeil-Essonnes: sept personnes en correctionnelle

    media Serge Dassault, le 22 novembre 2016. REUTERS/Charles Platiau/File Phot

    Le juge d'instruction chargé de l'enquête sur les soupçons d'achats de votes à Corbeil-Essonnes, près de Paris, a ordonné le renvoi devant le tribunal correctionnel de sept personnes, dont Jean-Pierre Bechter, l'actuel maire de l'ancien fief électoral de Serge Dassault,

    Décédé en mai 2018, le milliardaire et industriel Serge Dassault ne pourra pas s'expliquer devant le tribunal correctionnel. En revanche, le juge d'instruction Serge Tournaire a renvoyé Jean-Pierre Bechter, qui avait succédé à Serge Dassault à la mairie de Corbeil-Essonnes devant la justice.

    Il devra donc répondre des charges qui pèsent contre lui : « achat de votes » et « financement illégal de campagne électorale ». Six personnes, dont deux ex-adjoints, un comptable suisse ainsi que trois intermédiaires, comparaîtront à ses côtés.

    Tous sont soupçonnés d'avoir fait partie d'un vaste système de corruption. Dans son ordonnance de renvoi, le magistrat évoque des méthodes de plus en plus sophistiquées « pour parvenir à conquérir et à conserver la mairie de Corbeil-Essonnes ». Serge Dassault a « largement puisé dans sa fortune personnelle afin de distribuer des fonds, financer des formations ou des projets divers au bénéfice des habitants et électeurs de la commune, mais également pour rémunérer, selon des techniques de plus en plus sophistiquées et opaques, des 'militants', chargés de procéder à des opérations de lobbying dans les quartiers en faveur de sa candidature, puis de celle de son collaborateur Jean-Pierre Bechter ».

    Le propriétaire du groupe d'aéronautique de défense, mis en examen en avril 2014 dans cette même affaire, a toujours nié l'achat de voix. Il reconnaissait toutefois des dons, mais toujours pour « aider ».

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.