GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 12 Septembre
Vendredi 13 Septembre
Samedi 14 Septembre
Dimanche 15 Septembre
Aujourd'hui
Mardi 17 Septembre
Mercredi 18 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    Urgences: le mouvement de grève continue malgré le plan d'Agnès Buzyn

    media Manifestation d'urgentistes en grève le 27 août 2019 à Lille. Philippe HUGUEN / AFP

    Le collectif Inter-Urgences, réuni ce mardi 10 septembre en assemblée générale, a voté la poursuite du mouvement de grève entamé il y a près de six mois. Le plan de « refondation » annoncé la veille par la ministre de la Santé a été jugé insuffisant. Les représentants des grévistes ont acté le principe de « rassemblements locaux » le 26 septembre, en attendant de fixer prochainement une « date de mobilisation nationale ».

    Dès les premières prises de paroles, l'auditoire est vite fixé sur l'état d'esprit général des grévistes. « On a pas besoin de SAS », pouvait on entendre dans la salle, pour rejeter d'emblée la mesure phare du plan de la ministre de la Santé. Ou encore : « Le plan Buzyn, c'est du flan. »

    En résumé, les 12 mesures annoncées ce lundi 9 septembre et les 750 millions d'euros mis sur la table pour réorganiser les urgences hospitalières, n'ont pas apaisé la colère des personnels soignants.

    Christophe Etalègue, aide-soignant à nantes et vice-président du Collectif Inter-Urgences 10/09/2019 Écouter

    Après un vote à main levé, le collectif Inter-Urgences à retenu une motion qui réaffirme les 3 principales revendications des urgentistes : à savoir, des recrutements de personnel à la hauteur des besoins des services, des réouvertures de lits en aval, et une augmentation de salaire de 300 euros net mensuel.

    La poursuite du mouvement des urgentistes a donc été voté à l'issue de cette assemblée générale. Le collectif Inter-Urgence invite également les paramédicaux à participer aux journées d'action menée par tous les syndicats.

    À écouter également : Mesures pour les urgences: « Des propositions gadgets », selon Christophe Prudhomme (Amuf)

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.