GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 17 Octobre
Vendredi 18 Octobre
Samedi 19 Octobre
Dimanche 20 Octobre
Aujourd'hui
Mardi 22 Octobre
Mercredi 23 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    Reprise d'Aigle Azur: nouveau coup de théâtre, Air France jette l'éponge

    media Des passagers devant un comptoir de la compagnie Aigle Azur à l'aéroport international d'Alger (image d'illustration). STRINGER / AFP

    Nouveau coup de théâtre dans le dossier d'Aigle Azur, la deuxième compagnie aérienne française, en liquidation judiciaire. Air France et le groupe Dubreuil, propriétaire d'Air Caraïbes n'ont pas déposé d'offre améliorée au tribunal de commerce d'Ivry, hier, mercredi 18 septembre, avant minuit. Ce sont pourtant les deux repreneurs potentiels, sur les quatorze qui se sont manifestés, jugés sérieux par les syndicats.

    Le sort d'Aigle Azur et de ses 1 150 salariés dans le monde est à nouveau en suspens. Air France et le groupe Dubreuil travaillaient bien sur une offre combinée pour racheter Aigle Azur. Mais ils ne sont pas parvenus à un accord dans les délais imposés par le tribunal.

    Dossier trop complexe

    Selon plusieurs sources, les deux groupes ont jeté l'éponge. Ils auraient trouvé le dossier trop complexe. Notamment la reprise de tout le personnel avec leur contrats de travail, « difficilement compétitifs » selon eux. Mais, certains syndicats estiment eux qu'Air France et le groupe Dubreuil n'ont pas eu assez de temps, juste trois jours, pour négocier et tomber d'accord. Ces représentants du personnel se mobilisent pour que la justice accorde à ce dossier un délai complémentaire.

    Hop revient

    Autre rebondissement, Hop, la filiale low cost d'Air France revient dans la partie. Lionel Guérin, ex-patron de Hop et Philippe Micouleau, l'actuel président de Hop, auraient réussi à débloquer plus de 20 millions d'euros. Mais ils ont besoin d'un prêt de l'Etat de la même somme pour reprendre Aigle Azur et 500 salariés, un peu moins de la moitié du personnel. Des conditions qui suscitent la méfiance des syndicats.

    À LIRE AUSSI : La justice décide la liquidation d'Aigle Azur et laisse un sursis à la compagnie

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.