GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 10 Octobre
Vendredi 11 Octobre
Samedi 12 Octobre
Dimanche 13 Octobre
Aujourd'hui
Mardi 15 Octobre
Mercredi 16 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    Patrimoine: le Mobilier national, un trésor méconnu

    media L'entrée du Mobilier national. RFI/Valérie Passelègue

    Organisées dans une cinquantaine de pays, les Journées européennes du Patrimoine qui ont lieu du 21 au 22 septembre sont l'occasion de découvrir des institutions peu connues, voire des trésors oubliés. Le Mobilier national en est un exemple évident, et pour la seconde fois de son histoire seulement, il ouvre ses portes au grand public.

    Lorsqu'un nouveau président de la République française prend ses fonctions, le palais de l'Élysée subit quelques modifications mobilières. En effet, le renouvellement des élus appelle le renouvellement du décor : malaisé pour Emmanuel Macron de travailler sur le même bureau que François Hollande et idem pour leurs prédécesseurs ! Pour cela, le Mobilier national met à disposition sa collection et peut proposer des pièces différentes en fonction des goûts des élus. Seules quelques personnes au sommet de l'État peuvent choisir réellement.

    C'est ainsi que dans la collection du Mobilier national se trouve le bureau Louis XVI utilisé par le président Valéry Giscard d'Estaing pendant son mandat ou celui de François Mitterrand, meuble contemporain en fer bleu gris et bandes fuchsia signé Pierre Paulin, un des plus grands designers français du XXe siècle.

    Quant à l'actuel président, Emmanuel Macron, il a choisi de travailler sur une table en béton signée du plasticien Francesco Passaniti, même s'il a gardé le bureau Louis XV dans le salon doré, qui lui sert, semble-t-il, de pièce de réception. Si le palais de l'Élysée est meublé par le Mobilier national, 600 institutions républicaines bénéficient elles aussi de cette manne.

    Dans le XIIIe arrondissement de Paris, dans l'enclos des Gobelins, ce service rattaché à la direction générale de la création artistique du ministère français de la Culture est une institution très ancienne puisqu'au début du XVIIe siècle, Henri IV crée en premier un Garde-Meuble royal. Rebaptisé plusieurs fois depuis, il prend le nom de Mobilier national à la chute du Second Empire en 1870.

    Une forteresse en béton

    Le Mobilier national s'installe en 1937, dans un bâtiment spécialement destiné à cet effet, imaginé par les frères Perret (Auguste et Gustave), sur le lit de la Bièvre. Les architectes s'étant attachés à rendre cet édifice en béton essentiellement fonctionnel, il existe tout de même une cour d'honneur qui en impose et qui se situe au-dessus de deux étages de réserve.

    Et effectivement, la réserve a son importance, car environ 130 000 objets textiles et meubles sont répertoriés et stockés dans ce bâtiment. Lors de la visite, seules deux grandes salles sont accessibles. Ainsi un grand escalier central donne accès à la réserve de meubles, une immense pièce sous les toits où la température est à peu près constante, la conservation supportant difficilement les écarts importants.

    Conservation et restauration

    De nombreux fauteuils, des lits, des bureaux bien sûr, des meubles d'appui, des cartonniers, des canapés, des horloges, autant d'objets qui témoignent de la création et du savoir-faire français depuis le XVe siècle. Des dorures, des assises colorées, des bois exotiques, des formes imposantes, attirent un œil plus ou moins averti. Tous ces meubles sont inventoriés et restaurés si besoin dans les ateliers destinés à cet effet. Certains sièges dégarnis sont même conservés en l'état pour témoigner de la technique employée.

    Outre la mission de meubler et décorer les palais de la République, la deuxième mission est celle de conservation et de restauration de ces meubles, considérés comme des objets patrimoniaux. Tapissiers, ébénistes, menuisiers, bronziers d'art se relaient auprès des « malades » dans des ateliers dédiés. Le savoir-faire est essentiel dans cette mission de conservation. Les artisans œuvrent parfois sur des pièces exceptionnelles.

    Le 15 avril dernier, un immense incendie ravageait la cathédrale Notre-Dame de Paris. De nombreuses œuvres d'art furent exfiltrées vers le Musée du Louvre. Le tapis monumental du chœur, tissé par la manufacture de la Savonnerie entre 1825 et 1833 d'après un carton du peintre Saint-Ange, fut quant à lui, envoyé au Mobilier national pour restauration, le mauvais état du tapis remontant, semble-t-il bien avant l'embrasement de la cathédrale.

    La deuxième salle accessible à la visite est la réserve des matières premières. Rubans, galons, pièces textiles en tous genres sont stockés dans des armoires datant de la construction du bâtiment. Les murs, jamais refaits jusqu'à maintenant, sont recouverts de plâtre. Cela donne un petit côté désuet qui pourtant permet le maintien du taux d'humidité, et donc une meilleure conservation. Les placards regorgent de pièces qui peuvent parfois remonter à plusieurs centaines d'années. Les tapis rouges, de ceux que l'on voit dans les cérémonies officielles de la République, font aussi partie de cet inventaire - où l'on découvre aussi les degrés de protocole en fonction de la taille de ces tapis- comme les pavoisements.

    De la tradition à la modernité

    Dernière mission et non des moindres, celle de la création, notamment grâce à l'Atelier de recherche et de création dont André Malraux fut l'initiateur et qui débuta ses activités en 1964, atelier que l'on ne peut visiter, car le secret est de rigueur sur les œuvres en cours de réalisation. La raison d'ailleurs pour laquelle les photos ne sont pas permises dans la grande majorité du bâtiment.

    Ce bureau d'études collabore avec des architectes designers et œuvre sur les formes et les matériaux. En plus de cinquante ans, 600 œuvres ont été commandées et réalisées : on peut y trouver une console d'Andrée Putman, un mobile télévisuel de Serge Manzon, une cellule sanitaire de Jacques Carchon ou encore un meuble multimédia du grand designer italien Ettore Sottsass. La recherche, l'innovation et la nouveauté semblent dicter chaque chantier.

    Et si la modernité semble être le maître mot de l'ARC, il est nécessaire que cela s'applique aussi à l'ensemble de l'institution. Entré en fonction en 2018, Hervé Lemoine, directeur du Mobilier national, compte bien remettre le Mobilier national sur orbite. Il est par exemple, à l'initiative de la mise ne place d'une plateforme numérique nommée MN/Lab, qui répertorie déjà 75 000 objets et meubles, donnant ainsi une visibilité importante à cette collection unique.

    Même si la Cour des comptes a épinglé le Mobilier national et les manufactures nationales des Gobelins de Beauvais et de la Savonnerie dans un rapport sorti 6 février dernier, dénonçant « une configuration propice à l'immobilisme », « des conditions de travail laxistes », « des projets inaboutis de l'ARC », « une valorisation insuffisante du patrimoine et des savoir-faire », etc. le nouveau directeur compte bien poursuivre ses efforts de modernisation et cela passe sans doute par une exposition plus large des collections au grand public, d'une mise en avant du patrimoine et d'une visibilité accrue pour les œuvres récentes.

    C'est ce que pourront vérifier les visiteurs de la 36e édition des Journées européennes du patrimoine.

    Site officiel des Journées du Patrimoine
    Site officiel du Mobilier national

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.