GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 18 Octobre
Samedi 19 Octobre
Dimanche 20 Octobre
Lundi 21 Octobre
Aujourd'hui
Mercredi 23 Octobre
Jeudi 24 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    Perquisition mouvementée: réquisitions attendues pour Jean-Luc Mélenchon

    media Jean-Luc Mélenchon, le chef de la France insoumise, à l'issue de la première journée du procès à Bobigny pour «acte de rébellion» lors d'une perquisition au siège du parti. CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP

    Le parquet doit prononcer ses réquisitions ce vendredi 20 septembre au procès de Jean-Luc Mélenchon et cinq autres de ses proches jugés pour avoir tenté d'empêcher avec virulence la perquisition du siège de la France insoumise (LFI), en octobre dernier.

    Ce 16 octobre 2018, c'est l'arrivée de Jean-Luc Mélenchon qui a tout déclenché, expliquent les parties civiles qui se succèdent à la barre. Jusqu'alors, « tout se passait très bien », souligne un magistrat. « Les Insoumis étaient coopératifs. Nous, on était plutôt conciliants », précise un policier.

    Puis tout s'emballe. La perquisition vire à la confrontation. Le leader des Insoumis et ses proches se montrent agressifs, raconte l'un des policiers qui décrit une « foule surexcitée ». « En temps normal, on aurait dû les interpeller », assure-t-il.

    Des policiers marqués

    Toutefois, aucune des parties civiles ne dit s'être vraiment sentie menacée physiquement. Le traumatisme vient des images qui ont circulé en boucle dans les médias et sur les réseaux sociaux. En les regardant, certains se sont sentis humiliés. Le gendarme barbu qui s'est retrouvé à quelques centimètres du visage de Jean-Luc Mélenchon tient d’ailleurs à répondre aux invectives du leader insoumis. « Il m'a dit que je faisais un métier à la noix. Mais mon métier, c’est officier de gendarmerie et j’en suis très fier. Je suis au service de la justice », déclare-t-il visiblement ému.

    Un autre policier s'adresse aussi à lui : « Je suis d'accord avec M. Mélenchon. La fonction de député mérite le respect. Mais le métier de policier aussi. »

    « Un procès politique », répète Mélenchon

    Longuement interrogé, Jean-Luc Mélenchon s'est à nouveau dit victime d'un procès « politique ». À l'issue de cette première journée d'audience, il a livré ses premières impressions à plusieurs journalistes, s'en prenant notamment à l'émission « Quotidien », diffusé sur TMC, qui avaient immortalisé une partie de la perquisition

    C'est une journée qui aurait été impossible sans les images de «Quotidien». L'unique matérialité et sujet de discussion, c'est qu'est ce qu'il y a dans les images de «Quotidien». Autrement dit, on voit là une boucle extrêmement courte entre une émission de divertissement et une opération politique.

    Jean-Luc Mélenchon, député des Bouches-du-Rhône 20/09/2019 - par Marine de La Moissonnière Écouter

    Poursuivi pour « actes d'intimidation envers un magistrat et un dépositaire de l'autorité publique, rébellion et provocation », Jean-Luc Mélenchon encourt jusqu'à dix ans de prison, une amende de 150 000 euros et cinq ans d'inéligibilité.

    ►À lire aussi : Perquisitions à LFI : « Dans cette séquence, Mélenchon a perdu le contrôle de son image »

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.