GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 9 Novembre
Dimanche 10 Novembre
Lundi 11 Novembre
Mardi 12 Novembre
Aujourd'hui
Jeudi 14 Novembre
Vendredi 15 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    Jean-Marie Le Pen règle ses comptes dans le tome II de ses «Mémoires»

    media Jean-Marie Le Pen, co-fondateur du Front national, avec le 1er tome de ses mémoires, en 2018. REUTERS/Charles Platiau

    Le tome II aura-t-il autant de succès que le tome I, vendu à plus de 100 000 exemplaires ? Le deuxième et dernier épisode des Mémoires de Jean-Marie Le Pen intitulé Tribun du peuple, sera mercredi prochain en librairie. Le finaliste de la présidentielle 2002 y raconte sa vie depuis 1972, date de fondation du Front national, jusqu'à aujourd'hui. Les bonnes feuilles sont publiées dans l'hebdomadaire Le Point et celui qu'on appelle le Menhir, référence aux origines bretonnes du patriarche, n'y est tendre ni avec sa fille, Marine Le Pen, ni avec le parti.

    « Elle a certaines qualités pour faire de la politique, du cran, de l'allant et de la repartie, mais elle n'a pas confiance en elle. » Dans le tome II de ses Mémoires, Jean-Marie Le Pen n'y va pas avec le dos de la cuillère pour évoquer sa fille avec qui il a rompu politiquement depuis quelques années.

    Une Marine Le Pen au « côté dictatorial », « qui peine à s'entourer » et qui a commis « plusieurs fautes » : « l'ouverture à gauche »,« le bug sur l'euro », mais aussi le débat d'entre-deux tours : « elle a eu l'air d'une excitée ».

    Un débat raté, mais que Jean-Marie Le Pen semble au fond ne pas regretter. « Elle aurait pu gagner : mais pour quoi faire ? Avec quel état-major ? » s'interroge-t-il, « l'échec de Marine fut peut-être providentiel ».

    Un portrait sans concession non plus de Marion Maréchal, sa petite fille « calculée », « lointaine », « froide », mais avec « un talent au-dessus du lot ».

    « En ne faisant rien, elle est très populaire, un jour il lui faudra revenir », prévient Jean-Marie Le Pen qui livre là une sorte de testament politique.

    ► À lire aussi : FN: la famille Le Pen s’écharpe au grand jour

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.