GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 12 Octobre
Dimanche 13 Octobre
Lundi 14 Octobre
Mardi 15 Octobre
Aujourd'hui
Jeudi 17 Octobre
Vendredi 18 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    France

    Bygmalion: la Cour de cassation valide le renvoi en correctionnelle de Sarkozy

    media L'ancien président français Nicolas Sarkozy à Paris, le 21 mars 2019. REUTERS/Charles Platiau

    La Cour de cassation a confirmé définitivement mardi 1er octobre le renvoi devant le tribunal correctionnel de Nicolas Sarkozy pour les dépenses excessives de sa campagne présidentielle de 2012 révélées par l'affaire Bygmalion.

    La plus haute juridiction judiciaire a rejeté l'ultime recours de l'ancien chef de l'État pour échapper à un procès pour « financement illégal de campagne électorale », un délit passible d'un an de prison et de 3 750 euros d'amende, ordonné en février 2017 par le juge d'instruction Serge Tournaire.

    Treize autres protagonistes seront jugés dans cette affaire. Outre le recours de M. Sarkozy, la Cour de cassation a écarté les pourvois de sept autres prévenus contre l'arrêt de la chambre de l'instruction du 25 octobre 2018 qui avait confirmé leur renvoi en correctionnelle.

    Concrètement, Nicolas Sarkozy est poursuivi pour avoir dépassé le seuil de dépenses électorales de plus de 20 millions d'euros, en dépit des alertes des experts-comptables de la campagne en mars et avril 2012.

    Pour contester son renvoi, Nicolas Sarkozy avait brandi le principe du « non bis in idem », selon lequel une personne ne peut pas être sanctionnée deux fois pour les mêmes faits. Il estime avoir déjà été sanctionné définitivement par le Conseil constitutionnel en 2013, lorsque l'instance a confirmé le rejet de ses comptes pour ce dépassement, qu'il avait dû rembourser.

    Cependant, cette sanction portait sur un dérapage de 363 615 euros, constaté avant la révélation au printemps 2014 d'un vaste système de fausses factures visant à maquiller l'emballement des dépenses de ses meetings, organisés par l'agence Bygmalion.

    Nicolas Sarkozy n'était même pas informé de cette histoire...

    Emmanuel Piwnica, avocat de Nicolas Sarkozy 01/10/2019 - par Franck Alexandre Écouter

    La défense de l'ancien président avait soulevé une question prioritaire de constitutionnalité, mais celle-ci a été rejetée le 17 mai. Les « Sages » ont estimé que la sanction financière et la sanction pénale étaient de nature différente et protégeaient des « intérêts sociaux » distincts.

    Dans son arrêt de mardi, la Cour de cassation estime qu'il ne lui revient pas, à ce stade, de se prononcer sur les griefs de Nicolas Sarkozy et que c'est au tribunal correctionnel de les examiner.

    « C'est une déception car les critiques proposées étaient susceptibles d'être accueillies, mais en réalité la Cour de cassation n'y a pas répondu et laisse au tribunal le soin de le faire », a réagi auprès de l'AFP Me Emmanuel Piwnica, avocat de M. Sarkozy.

    « Une fois encore, le président Sarkozy n'est pas concerné par les faits concernant Bygmalion, mais uniquement sur le dépassement du plafond des dépenses », a-t-il observé.

    Une décision politique? Christian Jacob ne va pas jusque-là, mais le patron des députés LR n’est pas le seul se poser des questions après le renvoi en correctionnelle de Nicolas Sarkozy...

    Réactions à droite, dans les couloirs de l'Assemblée. 01/10/2019 - par Anne Soetemondt Écouter

    Sarkozy face à d'autres affaires en cours

    Nicolas Sarkozy n'en a pas fini de ses démêlés avec la justice. Outre l'affaire Bygmalion, il devra également passer en correctionnelle pour « corruption active et trafic d'influence » dans le cadre de l'affaire dite « des écoutes ».

    Une affaire dans laquelle il est soupçonné d'avoir tenté avec son avocat, Thierry Herzog, d'obtenir d'un haut magistrat des informations couvertes par le secret dans une procédure judiciaire.

    Autre affaire : celle des accusations de financement libyen de la campagne présidentielle de 2007 cette fois.

    Placé sous contrôle judiciaire et mis en examen depuis mars 2018 pour « corruption passive, financement illégal de campagne électorale et recels de fonds publics libyens », il a toutefois saisi la cour d’appel pour l'annulation de sa mise en examen. Elle devrait examiner sa requête le 17 octobre prochain.

    Mais ce n'est pas tout : l’ancien président est également mis en cause dans une nouvelle enquête. Et c'est cette fois devant le parquet national financier que Nicolas Sarkozy devra justifier de l'usage régulier de liquide en grosses coupures.

    Un usage mis à jour grâce à une perquisition menée fin 2017 chez un célèbre antiquaire parisien.

    Un agenda plutôt chargé donc pour l'ancien chef d'État qui semble aborder sa retraite politique sous une forte pression judiciaire.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.