GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 15 Janvier
Jeudi 16 Janvier
Vendredi 17 Janvier
Samedi 18 Janvier
Aujourd'hui
Lundi 20 Janvier
Mardi 21 Janvier
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Berlin: ouverture d'un sommet international crucial pour tenter de pacifier la Libye (officiel)
    • «Poutine, dehors!»: un millier d'opposants de différents courants d'opposition manifestent ce dimanche à Moscou
    • Libye: Haftar doit mettre fin à son attitude «hostile», dit Erdogan
    • Vidéo d'un manifestant frappé au sol par un policier: une enquête judiciaire ouverte à Paris (parquet)
    France

    Lubrizol: trois ministres à Rouen pour tenter de rassurer les habitants

    media Une pancarte tenue par des manifestants ce mardi 1er octobre, à Rouen, soupçonne l'État de «cacher la vérité» sur les conséquences de l'incendie. LOU BENOIST / AFP

    Trois ministres sont en déplacement, ce vendredi 11 octobre, à Rouen dans le nord-ouest de la France. Un peu plus de deux semaines après l'incendie de l'usine Lubrizol, Elisabeth Borne, chargée de l'Environnement, Agnès Buzyn, ministre de la Santé et Didier Guillaume, ministre de l'Agriculture, vont dévoiler le résultat de nouvelles analyses et lancer un comité pour « la transparence et le dialogue ».

    Plusieurs jours après l'incendie de l'usine Lubrizol, la défiance vis-à-vis des pouvoirs publics est grande chez les habitants de la région rouennaise. Simon de Carvalho, membre d'un collectif créé juste après l'incendie et qui rassemble plus de 26 000 personnes, attend beaucoup de la réunion avec les ministres : « Nous attendons déjà de l’État qu’il pointe du doigt les responsables, il y a forcément des responsables dans cette situation. Notre santé a été impactée, la gestion de cette crise a été calamiteuse, maintenant enfin on a cette liste, c’est quand même incroyable qu’on mette dix jours pour avoir une liste de produits et pour savoir exactement ce qu’on a inhalé, donc ils viennent, j’espère vraiment, avec un vrai plan d’action, une vraie prise de conscience. »

    « Il faut plus de transparence »

    « Les écoles, continue cet habitant de Rouen, boivent encore l’eau du robinet, ce n’est pas normal ; principe de précaution : on va chercher dans d’autres sources de l’eau. Les analyses sont faites tous les combien ? Toutes les heures ? Tous les jours ? On ne sait pas, il faut plus de transparence, il faut vraiment beaucoup plus d’informations, tout le monde minimise, quoi. On ne peut pas laisser passer, normalement on devrait être en catastrophe technologique ici, c’est une entreprise qui a déversé son poison dans la ville, évidemment qu’on devrait être en catastrophe. Mais l’État a du mal à le dire. »

    Les trois ministres présents à Rouen ce vendredi pour tenter de rassurer la population vont lancer un comité pour « la transparence et le dialogue ». L'initiative est accueillie avec prudence par le maire de Rouen, Yvon Robert : « Trois ministres, ça montre que le gouvernement prend très au sérieux cette catastrophe, nous l’avons demandé, nous avons dit que nous ne pouvons pas faire comme si c’était un accident par hasard [...]. Nous souhaitons la vérité, nous voulons la transparence, je veux dire de ce point de vue là, ça correspond exactement à ce que nous souhaitons, je pense qu’une réunion comme celle-là ne suffira pas. »

    Le sinistre est-il vraiment maîtrisé ?

    « Et puis, continue l'élu rouennais, même si aujourd’hui ça commence à s’éloigner, nous sommes toujours atteints par des odeurs qui se promènent, des odeurs aléatoires, qui arrivent, qui disparaissent, qui reviennent, et donc on a le sentiment que la catastrophe n’est pas encore terminée, l’accident lui-même n’est pas encore terminé, et donc là nous voudrions bien savoir quel est le point de vue de l’État sur cette réalité-là, au fond est-ce que l’accident est vraiment terminé ou non. »

    À LIRE AUSSI: Usine Lubrizol à Rouen: «importants» taux de dioxine mais «sous les seuils»

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.